REACHSUMMIT

http://reachsummit.zeblog.com/

Caroline Letrange

Caroline Letrange Sanglez vos sacs pour partir avec moi sur les sommets de l'Himalaya et du Kilimandjaro ! Népal, Tibet, Inde, Bouthan, Mustang, Kilimandjaro ... destination les régions parmi les plus envoûtantes du monde !

Tous les Articles

Derniers Articles à lire !

Liens Photos

Everest Tibet
Everest - Tibet
-------------------
Kilimandjaro
Kilimandjaro - Afrique
-------------------
Cho Oyu
Cho Oyu & Co - Himalaya
-------------------
nepal trek
Pashupatinath - Népal
-------------------

Compteurs

Articles classés par Catégories

Fils RSS

Meteo/Weather

Click for Kathmandu, Nepal Forecast

Click for Kilimanjaro, Tanzania Forecast

Click for Lhasa, Tibet Forecast

Référencement

Bienvenue sur le BLOG !

Par Caroline Letrange :: 25/04/2007 à 21:12 :: Général


Bienvenue sur le blog de
REACH SUMMIT - www.reachsummit.com -

pour découvrir nos treks et expeditions à l'Everest et au  kilimandjaro !

Visitez notre site web de voyages | treks et ascensions | : www.reachsummit.com

Découvrez également notre blog de suivi d'expéditions lorsque vous voyagez avec nous !




_____ COMMENT SURFER ? ___________

- Pour la lecture, le blog est inversé, ainsi, vous le consultez en commençant toujours par la page d'accueil
- Les derniers billets se trouvent dans la navigation "Derniers Billets"
- Tous les billets par ordre chronologique, consultez "Blog puis Archives".
- Pour poser un commentaire et le valider lors de l'envoi,
recopiez le code anti-spam en bas de page, sinon vous aurez une page d'erreur

_____ LES COMMENTAIRES __________

Les  commentaires posés sont de la responsabilité de leurs auteurs mais le respect de la Nétiquette est impératif. Tout manquement à cette régle ou tout propos en contradiction avec ce blog sera retiré. Tous les éléments du site (textes, images, fichiers ...) restent la propriété de Caroline Letrange et ne peuvent être utilisés ou copiés sans l'autorisation expresse de l'auteur.

_____ LES PHOTOS ________________

Les photos peuvent être achetées, me contacter.

--------------------
Need translation ?

In english >
-----------------------

NEPAL : Un peu de géographie

Par Caroline Letrange :: 26/04/2007 à 19:58 :: Situation politique
(déposé Par Caroline Letrange :: 07/09/2006)

Le Népal est un pays de 28 millions d'habitants longeant l'immense chaîne de l'himalaya au Nord sur plus de 800 km de long.

Ses fontières cotoient celles du Tibet au Nord (région autonome faisant partie intégrante de la Chine depuis 1953) et de l'Inde au Sud. Le pays large à peine large de 150 km n'a aucun débouché sur la mer et reste dépendant de l'Inde pour les échanges commerciaux. Le climat est relativement chaud en été mais peut être très froid en hiver, spécialement dans la région Nord en se rapporchant de la chaîne himalayenne et subtropical en descendant vers les frontières sud.

Le pays comprend 8 des plus hauts sommets de la planète, dont l'Everest, 8850m d'altitude (Sagarmatha en népalais), ce qui en fait une région très prisée par les alpinistes et trekkeurs du monde entier.

D'ouest en Est le pays est divisé en 14 zones administratives, les anchal : Mahakali, Seti, Bheri, Rapti, Karnali, Dhawalagiri, Limbini, Gandaki, Narayani, Bagmati, Janakpur, Sagarmatha, Koshi et Mechi et du Nord au Sud, le Népal se découpe en 5 zones géographiques qui suivent l'élévation des reliefs : du Sud vers le Nord, le Téraï, le Siwalik, le Mahabharata Lekh, le plateau népalais, et la partie himalayenne. Ainsi, la majorité de la population se trouve regroupée essentiellement sur le plateau népalais et dans les régions Sud.

La pays est majoritairement composé d'Hindou à 80.6% puis viennent les Bouddhistes 10.7%, les Musulmans 4.2%, les Kirant 3.6%, religion propre qui oscille entre le Bouddhisme et l'Hindouisme, et enfin les autres religions à 0.9%

Découvrez le Népal grâce à des treks sur mesure,
Connectez-vous sur REACHSUMMIT

NEPAL : Trek a Namche Bazaar

Par Caroline Letrange :: 26/04/2007 à 20:20 :: Trekking
Posté initialement par caroline Letrange le 10/10/2006

Capitale du peuple sherpa située à 3440 mètres d'altitude, la petite ville est au milieu de la splendide vallée du khumbu. Le village est niché au creux d'une imposante montagne entourée de forêts en contre-bas et entouré des imposants massifs enneigés tout autour : Le Tamserku, l'Ama Dablam et plus loin, l'Everest.

Départ de Kathmandu à partir de l'aéroport de Tribhuvan dans les petites avions d'une quinzaines de places maxi pour Lukla. Le vol, qui dure envirion 1/2 heure permet de survoler Kathmandou, de découvrir la vallée et dans la brume du matin le temple des singes, Swayanbunath. Puis, très vite, on découvre toute la rangée des 8000 mètres enneigés.

Attérissage impressionnant sur une piste de Lukla posée sur le flanc d'une montagne et avec une très (très) forte pente pour ralentir à l'attérissage et propulser au décollage, moteurs à plein régime ! On ne rechigne pas à attacher sa ceinture !!  Le voyage se fait en deux temps, les trekkeurs d'abord, les bagages ensuite. Mais comme la piste n'est ouverte que quelques heures par jour du fait des conditions climatiques (l'amoncellement des nuages le plus souvent), les sacs arrivent parfois avec une bonne journée de retard.

Le village de Lukla longe une route principale en pierres où lodges, cybercafés et magasins en tout genre se cotoient. Les yaks et les zoes (ou dzos, à mi-chemi entre le yak et la vache), prennent le relais avec les sacs, direction la vallée. Après le déjeuner arrosé de thé et d'un peu de Chang (alcool tibétain), puis traversée des villages. Sur la route, les Murs Mani barrent le chemin ; il est important de les croiser par la gauche afin de toujours les avoir à sa droite, la main pure. Sur les pierres, des prières bouddhistes, et l'inscription en forme de lithanie : "Om Mani Padme Um" (révère le joyau au centre du lotus, en référence au Bouddha). 4/5 heures de marche avant de planter sa tente pour la nuit.

Puis dès le lendemain matin, reveil à l'aube et départ vers Namche Bazaar. Dès l'entrée du Sagarmatha National Parc, les touristes doivent s'aquitter d'un droit d'entrée de 1000 roupies ; l'argent sert à la conservation de la région, à des projets écotouristiques et à l'entretien du site. En tout, 5 heures de marche environ, à travers de magnifiques paysages de forêts de pins avant de découvrir, niché dans le flanc d'une montagne, l'incroyable Namche. C'est un lieu de passage important pour le commerce, avec le Tibet essentiellement, où le sel, la viande et le riz, entre autres, transitent à dos de yaks. Namche est également le passage obligé des expéditions qui se rendent vers le Kalapathar, le Mera peak, l'Island Peak, l'Ama Dablam et, bien sûr, le camp de base de l'Everest. De magnifiques parcours de treks et d'ascensions ont pour point de départ Namche Bazaar. Aujourd'hui, le développement de Namche est suffisament important pour y trouver des cybercafés un peu partout, la TV par cable, des pubs et de nouveaux lodges pour les touristes, toujours plus nombreux. Toutefois, Namche n'y a pas perdu le charme du pays Sherpa. Les gens y sont accueillants, l'environnement enchanteur et la vallée magique.

Le parcours dans Namche se fait par le marché, puis vers les hauteurs pour y découvrir "the everest view" d'où le panorama de l'Everest est à couper le souffle et enfin vers l'incroyable monastère bouddhiste sur les hauteurs. Les rues sont pleines de vendeurs et les caravanes de yaks traversent les rues avec leurs chargements.


Partez pour un Trek vers Namche Bazaar, la capitale des Sherpas, dans la vallée du khumbu au Népal pour découvrir le panorama de l'Everest ;

Consultez nos voyages et montez votre trek avec
REACHSUMMIT

NEPAL : Festival de Dashain

Par Caroline Letrange :: 26/04/2007 à 20:49 :: Visites culturelles
Posté iniitalement par Caroline Letrange le 29/09/2006

Dès fin septembre et début octobre, c'est le grand festival,
Dashain célébré par tous les Népalais. Ce sont quinze jours de célébrations durant la période de la pleine lune. Cette fête célèbre la déesse Durga dans tous ses aspects. Elle est vénérée durant d'innombrables pujas. Des offrandes et des sacrifices d'animaux sont alors pratiqués durant toute cette période.

Dashain commémore la victoire des dieux sur les tous les mauvais démons. Il est dit que durant neuf jours la déesse Durga dû combattre le démon Mahisasur. Le dixième jour est le jour du massacre de Mahisasur et correspond à la victoire de la déesse. La déesse Durga est vénérée dans tout le royaume en tant que déesse mère et elle vient visiter et bénir les maisons en apportant la bonne fortune.

Durant Dashain la nourriture privilégiée est la viande  (chèvre, moutons,  buffle, canard, poulet). Dashain permet ainsi à tous de manger de la viande, généralement très chère. Durant tout le festival des cerfs-volants sont confectionnées et volent un peu partout dans la ville et des tika sont aposés en signe de bénédiction ; cela va de la personne la plus âgée au plus jeune de la famille. Puis vient le Nettoyage des maisons, des routes, des animaux, des temples. Dashain se termine par une Puja en l'honneur de Durga pour la paix et la prospérité.

Durant toute cette période beaucoup de magasins sont fermés et les rues sont un peu vides, ce qui n'est pas plus mal. Cette fête célébre également le passage à la nouvelle année 2063. Les sacrifices d'animaux se font maintenant dans les temples ou chez les bouchers, remplaçant les anciens sacrifices de buffles en place publiques.

Découvrez les charmes de Kathmandou lors d'un trek avec
REACHSUMMIT

NEPAL : Visite de Bouddhanath

Par Caroline Letrange :: 26/04/2007 à 21:00 :: Visites culturelles
Initialement posté par Caroline Letrange le 19/10/2006

Une belle visite !! Bouddhanath est un site particulier où religiosité et sérénité y règnent. J'adore cet endroit !

Le stupa de Bouddhanath, centre du bouddhisme tibétain, est seulement à 8 Km de Kathmandou et le changement est radical. C'est l'une des plus grande stupa au monde avec ses 36mètres de haut et en 1979 le site a ete inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO. Dès 1953, nombre de réfugiés tibétains qui fuyaient le Tibet, on décidés de s'installer autour du site qui a vite été considéré comme le "petit Tibet".

Tout autour de sa base octogonale, une immense rangée de moulins à prières que les fidèles viennent faire tourner pour que la citation gravée dans le métal "Om Mani Padme Um" s'élève avec le mouvement de rotation. Sur le site, entourant la stupa, les petites échopes d'objets traditionnels, de Tangkas, d'épices et de denrées en tout genre s'ouvrent sur la place circulaire. Les tibétains y sont très présents et les temples et gompas (monastères)  tout autour appellent au recueillement. Des lampes à beurres sont allumées par les fidèles et les milliers de drapeaux de prières qui flottent au vent, envoient vers les cieux les mantras imprimés sur le tissus.

Le site fut construit par le roi Manadeva sur les recommandations de la déesse Mani Jogni. Les yeux du Bouddha sont peints sur les 4 faces carrées du stupa pour veiller sur les hommes et leur prospérité. Au centre des yeux le poil des sourcils, marque de sainteté. Puis au dessus, les différents niveaux pour atteindre le Nirvana et enfin la parasol, le symbole du Bouddha.

On se laisse vite envouter par l'ambiance du site, par les couleurs impressionantes, les drapeaux de prières, le lent mouvement de foule qui tourne dans le sens des aiguilles d'une montre autour de la Stupa pour révèrer le Bouddah et faire tourner les moulins à prières. J'adore cet endroit !

Visitez le Népal de septembre à novembre et découvrez des lieux magiques avec 
REACHSUMMIT

NEPAL : Patan ville antique

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 2:45 :: Visites culturelles
Initialement déposé par Caroline Letrange le 20/11/2006

Patan, la ville royale !


Au sud de kathmandou, à environ 6 km du centre, Patan est une ancienne ville royale construite au sud de la rivière Bagmati. L'ancienne cité prend également le nom Lalitpur, la Cité de la Beauté ou encore, La ville aux toits dorés et pour ses habitants, Lalita Patan, la ville magnifique.

Mais vous pourrez trouver d'excellentes descriptions de Patan, dans tous les bons bouquins d'histoire ou les bons guides touristiques (autre que le guide du nanar, bien sûr) pour compléter votre culture générale.

Alors de quoi vais-parler me direz-vous ? Et bien, je vais tenter de « croquer » Patan aux travers de petites histoires et anecdotes. Plus sympa et moins rébarbatif, non ?

Petit rappel toutefois pour ne pas paraître complétement « inculturé ». Patan est un foisonnement de temples et de stupas bouddhiques érigés autour du palais royal. Les très nombreux et anciens stupas bouddhiques font de Patan la plus ancienne cité bouddhique au monde. La ville a connu son apogé entre le 16eme et le 18eme siècle et devient un centre artistique important, mettant en évidence l'artisanat Newari. La palais principal, détruit en partie lors du tremblement de terre de 1934, et reconstruit depuis lors, est composé de 3 cours principales et la porte dorée, menant aux cours, est gardée par 2 imposants lions de pierres.

Et là commencent les petites anecdotes (laissées à votre appréciation) :

Dans la cour principale du palais, appelée Mulk Chowk et construite en 1868, tous les ans, lors de Dashain, est organisé le sacrifice des 108 animaux ; normalement 108 par jour pendant environ 10 jours, mais cette fréquence dans le nombre de sacrifices est, semble t-il, de moins en moins respectée.

Pourquoi un tel sacrifice et surtout pourquoi 108 ? Ce sacrifice est effectué en l'honneur de Kali et ce dieu a, à lui seul 108 incarnations, donc ce sont 108 animaux, incarnations de Kali, qui seront sacrifiés.

Les animaux sont décapités d'un seul coup de hâche. Si le bourreau manque son coup et ne tranche pas la tête en une seule fois, il est supposé ne jamais pouvoir atteindre le nirvana. Il est donc primordial d'avoir un bon coup de sabre ou de hâche incisif. Le sang des animaux est alors aspergé sur les murs autour du temple dédié au dieu. Gardant la porte du temple, deux représentations de dieux : Ganga, reposant sur une tortue et Yamuna, les pieds sur un crocodile sacré. Ganga represente le Gange, le fleuve sacré et Yamuna est la soeur du Dieu des enfers.

Face au Palais, une colonne de pierre est surmontée par la représenation du roi Yoganerendra Malla. Son corps est comme protégé par un cobra se dressant sur son corps et, sur sa tête, repose un oiseau. La légende raconte que le roi est considéré comme étant toujours vivant et lorsque l'oiseau prendra son envol vers le palais, le roi sera considéré comme mort. Alors la fin du monde commencera.

A cet instant précis, les éléphants colossaux qui gardent l'entrée du temple de Vishwanath, terminant toute une rangée de temples de styles divers, sortiront de leurs gangues de pierre pour aller s'abreuver dans la fontaine Manga Hiti située en face du temple. A cet instant précis, le monde disparaitra !

La fontaine comprend trois becs verseurs en pierre représentant des têtes de crocodile. La fontaine qui reçoit ses eaux directement de l'himalaya sans passer par le système de distribution d'eau urbain est sensée délivrer une eau pure et sacrée. Il parait qu'elle peut être bue sans danger ; je vous avoue que je n'ai pas eu le courage de tester la véracité de cette prétendue pureté, mon estomac s'étant manifesté par quelques crampes à l'idée de tester cet empyrée liquide !

Le temple de Char Narayan, facilement reconnaissable grâce au Geruda, le véhicule de Vishnu* qui lui fait face, est étonnant car il a été édifié d'un seul tenant dans la pierre.

*Chaque dieu possède un véhicule, sorte de moyen de transport, pour se déplacer. On reconnait souvent le dieu vénéré en se référant à son véhicule. Geruda est un véhicule mi-homme, mi-oiseau.

Le temple de Krishna Mandir est décoré de représentations à connotation sexuelles. Dans les temps anciens, les mariages étant célébrés par des couples très jeunes, l'apprentissage de la sexualité se faisait par l'intermédiaire des représentations ornementales de ces temples. Les représenations commencent toujours par une posture animale : un lion avec une femme, afin de mettre en avant l'imitation de la nature dans la  representation de la sexualité. Les autres postures s'effectuant entre hommes et femmes.

Krishna est considéré comme le dieu de l'amour. C'est un dieu que j'aurais tendance à qualifier de chanceux ou de très performant car il possède 108 femmes et, avis aux Don Juan, 16 000 petites amies !!

Dans la tradition, ce dieu est vénéré comme le dieu du travail ... car il est très occupé avec ses nombreuses conquêtes féminines !

Découvrez nos voyages dans la vallée de Kathmandou et ses sites historiques pour une plongée dans l'histoire du Népal

NEPAL : Histoire de Dieux

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 3:00 :: Visites culturelles


Sur la place Durbar de Kathmandou, les dieux y sont bien vivants !


Impossible de visiter Kathmandou sans aller faire un détour sur la place Durbar de Kathmandou. Pour petit rappel d'intêret pour éviter les confusions, il existe 3 places Durbar dans la vallée de Kathmandou : Durbar Kathmandou, Durbar Patan, au delà de la rivière Bagmati, et Durbar dans la ville de Baktapur.

Comme d'habitude pas de grand discours culturels, facilement trouvables sur 'ternet ou dans tous les bons ouvrages, mais je préfère vous livrer les petites histoires qui donnent un peu de vie aux monuments visités.

Alors aujourd'hui, je vais m'attarder sur : le dieu-singe Hanuman, le terrble dieu Kal Bhairav et l'étrange deésse vivante, Kumari

1- Hanuman, Le dieu-singe

Un peu en retrait du centre de la place Durbar, aller vous poster devant le temple d'Hanuman Dhoka. Entrée interdite aux étrangers ce temple est consacré au Dieu-Singe. Son corps est surmonté d'un dais rouge et son visage est couvert d'une épaisse couche de Sindur, une poussière rouge, également utilisée pour appliquer la Tikka, le point rouge apposé sur le front, et mélangé avec de l'huile de sénevé, une graine de moutarde.
Ce dieu enlève les douleurs et réalise les souhaits. Il favorise également les succès militaires. Tous les matins, les fidèles viennent déposer des offrandes sous forme de grains de riz, de monnaie ou de petits bouts de papiers comprenant leurs voeux à réaliser.

Au dessus de la porte du temple, le dieu Krishna dans toute sa splendeur et dans sa représentation tantrique entouré de Krishna mais en représentation plus humaine avec ses deux favorites et, à droite, le roi Prata Malla et son épouse. Ce temple servait au déroulement des cérémonies de couronnement.

C'est dans ce temple que se déroule également les sacrifices d'animaux liés à la fête de Dashain (Voir Billet : Durbar, ville royale).

2 - Kal Bhairav, Le dieu terrifiant

Non loin de là, vous ne pourrez pas râter l'étonnante statue de Bhairav le Noir !

Dieu effrayant couronné de têtes de morts avec de grands yeux et des paires de bras dressés vers le ciel avec dans les mains une épée, un scalp, une hâche, un bouclier et à ses pieds, un cadavre agonisant qu'il écrase ...

Mais pourquoi un tel déluge de terreur qui laisse, l'incrédule touriste que nous sommes tous, un peu perplexe ? En fait ce dieu représent le dieu Shiva dans sa forme destructrice pour "reveiller" le fidèle, l'effrayer face à l'ignorance humaine que représente le cadavre piétinné. les fidèles sont sensés être punit par une mort certaine s'ils s'avisent de mentir devant Kal Bhairav.

Emmenez-y vos rejetons rebelles, sûr qu'ils ne mentirons plus après avoir été présenté à ce dieu un peu hors du commun !

Cette statue a été trouvé dans un champ au nord de Kathmandou au 18eme siècle et transporté définitivement sur la place.

3 - Kumari, the living Godess

Une jeune fille vénérée telle un dieu ... vivant !

En effet Kumari est une très jeune fille élévée au rang de déesse vivante, avant sa chute irrémédiable comme une simple mortelle. Cette déesse vit dans son palais de style Newari construit au 18eme siècle. Kumari est la représentation de Parvati (femme de Shiva, que vous pouvez voir au balcon du temple faisant face au temple de Kumari) ou de Durga (voir billet sur Dashain), autre forme de Parvati ... oui, je sais, tous ces dieux avec toutes leurs incarnations, c'est un peu déroutant, mais bon, on s'y fait à la longue ...

Cette jeune fille est appelée Kumari royale durant toute sa courte période de divinisation, pour se différencier des autres Kumari, déchues. Pourquoi l'élévation au rang de déesse cette jeune fille, la légende raconte qu'un roi recevait la déesse Taleju, sous la forme d'une très belle femme, afin de jouer aux cartes, jusqu'au jour où il la désira éperduement. Mais Couroussée, la déesse disparu et promis de ne jamais revenir. Le roi supplia le retour de la déesse qui accepta d'accéder à sa requête mais revient sous la forme d'une jeune vierge intouchable.

Aujourd'hui, la déesse est choisie parmi des jeunes filles issue du clan Sakya (clan des forgerons) vers l'age de 4 ans. Elle est alors examinée et devra comporter les 32 signes distinctifs du Bouddha ; je vous en livre quelques-uns : avoir des yeux de vache (beaux et allongés comme ceux des yeux de vache), une peau comparable à la douceur de l'écorce du Boddhi Tree, l'arbre sous lequel le Bouddha prêcha, avoir les boucles de cheveu tournant vers la droite, avoir les sourcils qui se rejoingnent au dessus du nez ...

La pauvre jeune fille devra finalement se soumettra à un rituel sensé l'effrayer. elle sera enfermée dans une pièce complétement noire dans laquelle pendent des têtes sanguinolantes d'animaux décapités. Si la Kumari ne bronche pas et ne manifeste aucun signe de peur, elle sera considérée comme la nouvelle déesse vivante. Enfin après une petite séance de choix de vêtement (elle doit retrouver, parmi divers échantillons éparpillés, des étoffes de l'ancienne Kumari) et une bénédiction de l'astrologue, la Kumari est officiellement déclarée déesse.

Dès lors, elle vit reclue du monde dans son temple et ne peut toucher le sol de ses pieds ; elle est alors transportée ou véhiculée dans un char au dessus du sol lors de ses rares apparitions publiques lors des fêtes.
Mais attention, dès qu'une goutte de sang sort de son corps (blessure ou autre), Kumari perd son statut de déesse. elle devient une simple mortelle et sera remplacée par une nouvelle Kumari.

A partir de ce moment, elle peut retourner dans sa famille et se marier. Mais dans les faits, les familles acceptent mal cette ancienne déesse, les prétendants au mariage craignent la mort s'ils se lient avec une ancienne Kumari, l'oisiveté et le statut de divinité d'une très jeune fille de 4 ans jusqu'à ses 12 ans environ modifient considérablement sa perception de la vie et redevenir une simple "humaine" est souvent difficile à envisager spychologiquement. Pour nombres d'entre-elles, tous ces facteurs poussent, parfois, certaines de ces jeunes filles à finir dans la prostitution.

N'hésitez pas à vous trouver dans ce temple vers environ 15 heures pour, en échange de quelques roupies, voir Kumari vous jeter un regard dédaigneux du haut d'une des fenêtres de son monastère. Mais attention, photos interdites !!

Découvrez les différents site de Kathmandu et des savallée avec REACHSUMMIT


NEPAL : Vers la démocratie

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 20:09 :: Situation politique


Dans les années 50, à la mort du roi Tribhuvan, son fils, le roi Birendra monte sur le trône de d'un royaume longtemps fermé aux étrangers.


Le Népal s'ouvre alors doucement ce qui engendra un afflux de hippies dans les années 60, puis, plus tard, des randonneurs et des alpinistes. Dans les années 90, le pouvoir absolu des rois népalais commence à décliner avec l'arrivée d'un mouvement démocratique qui conteste le système de castes et remet en cause la royauté.

En 2001, la famille royale est massacrée à l'arme automatique par le prince héritier Dipendra qui tue son père, le roi Birendra, et une partie des membres de la famille royale avant de se donner la mort, selon la thèse officielle.

Gyanendra, le frère du défunt roi, prend alors le pouvoir, aboli toutes ses mesures libérales et instaure une dictature monarchique. S'en suit une rébellion maoïste par les armes. L'armée népalaise perd alors le contrôle des routes qui mènent vers les montagnes et les maoïstes, peu approvisionnés en armes, ne parviennent pas à devenir maîtres des principales villes. Une guerre entre maoistes et monarchie s'en suit où la population est la première victime : elle fera 13 000 morts.

Ces dernières années, le régime se durcit et en avril 2006, le régime multiplie les violations des droits de l'homme, l'emprisonnement des opposants politiques et le maintien en place des politiciens corrompus, ce qui a pour effet de déclencher d'immenses manifestations populaires. Le parlement se dissous et les partis d'opposition s'allient avec les maoïstes pour former l'alliance des Sept Partis. Le roi remet alors le pouvoir à une coalition démocratique.

Le 16 juin 2006, le chef des maoïstes, Prachanda entre dans Kathmandou et déclare renoncer à la lutte armée. Le nouveau Parlement tente de maintenir des liens avec la royauté, pour sauvegarder la monarchie et entamer un nouveau dialogue grâce à la mise en place d'une nouvelle constitution. Malgré les termes de "Révolution", employés durant le soulèvement populaire et l'alliance des partis politiques, le processus démocratique a pris forme de manière pacifique et les Népalais ont,  eux-même, pris l'initiative du dialogue.

Ainsi, le 9 août dernier, les maoïstes ont accepté de cantonner leurs soldats et leurs miliciens hors des villes alors que les soldats de l'armée népalaise resteraient dans les casernes.

Pour le roi, qui a perdu une grande partie de ses pouvoirs, il aurait sa place dans la nouvelle Constitution, prélude à un nouveau régime démocratique ; le pays est en bonne voie pour réaliser cet objectif.

Mises à jour régulière grâce au Blog de REACHSUMMIT

NEPAL : Trekking seul ?

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 20:09 :: Trekking
(Initialement posté par Caroline Letrange le 02/12/2006)

Plus info qu'intox, depuis octobre 2006, les touristes désireux de faire un trek ou une ascension au Nepal devront être enregistrés auprès d'une agence locale.

  • Vous voulez en savoir plus ?
Alors je vais tenter d'expliquer et vous faire partager mon avis (qui vaut toujours ce qu'il vaut, et pas plus !)  ...

Les changements politiques, la stabilité pointant son nez et le tourisme renouant avec de très bons chiffres, le  Népal a souhaité "maîtriser" ce nouvel afflux de touristes et avantager ses infrastructures. Ainsi depuis le 15 octobre dernier, lorque vous vous inscrivez sur un trek, vous devez avoir un certificat de trekking, le TRC (Trekking Registration Certificate) émis par une agence locale qui se le procure auprès du TAAN (Trekking Agents Association of Nepal). Une lettre d'accréditation de l'agence sera alors emise au prix de 250 NRS (grosso modo environ 2,5 euros). Ce prix sera automatiquement répercuté sur le prix de votre voyage. En retour, vous êtes enregistré et l'agence pourra vous fournir les services nécessaires pour votre trek (y compris le guide, les porteurs ...). Un contrôle est effectué, en ce moment, sur les parcours de trek.

  • Pourquoi une telle réglementation ?
Personne ne donne de raisons bien définies mais la raison évidente est de maitriser l'industrie du tourisme qui s'éparpille entre des agences, des guides indépendants et des voyageurs qui "grugent" pour ne pas payer de permis d'ascension ou de trek.

Je pense que cette décision arrive au moment où le tourisme semble aller mieux
, où les chiffres commencent à être à la hausse et où la manne du train Beijing-Lhassa va apporter un nombre très important de touristes chinois. N'oublions pas non plus que les Jeux Olympiques de Pekin ont lieu en 2008 et qu'il se pourrait que les autorités souhaitent anticiper un contrôle des touristes (et de l'argent généré) qui pourraient affluer du monde entier. Ce n'est pas une certitude, mais ayant participé à une des réunions au "Tourism Board", certains yeux sont bien tournés vers la Chine.

Enfin, je suis convaincue que le Népal souhaite en finir avec les touristes qui refusent de payer les différentes taxes de parcs ou d'ascension et partir seul au péril de leur vie sous prétexte qu'ils sont aguérit et qu'ils connaissent la montagne comme leur poche. Trop d'accidents, de décès, de disparitions en montagne ou sur des parcours dits "faciles" comme le tour des Annapurnas où vous avez, quand même, des cols à près de 5000 à passer ... le Népal n'est pas une région sans dangers ; des cols à 5000 cela veut dire plus haut que le Mont-Blanc, il ne faut pas l'oublier !


 De plus, je trouve outrageant de refuser de payer des taxes qui sont, sommes toutes, dérisoires pour des prétextes que je trouve sans justification. Rappelons que le Népal est un des pays les plus pauvre d'Asie et que refuser de se plier à certaines règles, nous dessert dans notre image de touriste. Cela marque un certain mépris pour ces populations qui vivent du tourisme. Les parcs sont magnifiques et doivent être sauvegardés, ce n'est pas gratuit (pour rappel, parc du Kilimandjaro, 630 USD de taxes en liquide, rien a voir avec les 1000 RS -10EU- de la vallée du Khumbu).

Les populations ont besoin de vivre, passer outre leurs services revient à les ignorer ... et eux nous accueillent toujours les bras ouverts. Combien coûte au gouvernement népalais (ou de tout autre pays) un rapatriment ou une recherche en hélicoptère pour une personne qui a pris un itinéraire adjascent tout cela pour ne rien payer !! très cher ...

Peut-on toutefois faire un trek avec un guide indépendant ?


Le népal fait t-il de la résistance ?

 Si vous regardez les région voisines, d'autres pays (Tibet, Bhoutan ...) ont mis en place des mesures très restrictives pour "cadrer" l'afflux de touristes sans que cela ne freine l'industrie du tourisme. Au Bhoutan la taxe est de 700 USD pour entrer dans le pays, au Tibet, vous êtes "fichés" de la frontière, sur votre trajet (que vous ne pouvez changer à votre guise), votre permis d'ascension est personnel sans possibilité de le céder si vous ne faites pas l'ascension et vous avez un officier de liaison dans les camps ... et pourtant on y va quand même !
Je crois que le Népal souhaite plus se "recadrer" pour maitriser son tourisme. L'environnement est très fragile dans ces régions et les populations vivent au contact constant de la nature (80% de la population vit de l'agriculture au Népal), le pays souhaite donc avoir un oeil sur les touristes qui entrent et sortent du pays.

  • Que doit-on en penser ?
J'aime profondemment ce pays et ses habitants (si ça s'était pas vu, je vous le dit !!) et les changements, même difficiles à "avaler", vont, pour l'instant, dans le bon sens. Pour ma part, je préfère payer 250RS pour une taxe au tourisme que 2500RS à des maoistes qui achètent, avec votre argent, des balles pour leur fusils ... et ça ne gêne pas beaucoup de touristes de sortir l'argent, bizarre parfois 'l'humanus touristus" !

Partez pour un splendide trek vers le camp de base de l'Everest dans la vallée du Khumbu avec l'ascension du Kalapatar ou par Gokyo. Découvrez l'ensemble de nos treks dans la vallée de l'Everest.

NEPAL : Accord de paix !

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 20:10 :: Situation politique
(déposé Par Caroline Letrange :: 10/2006)

la paix enfin retrouvée !!

L' alliance des 7 partis (SPA, Seven Parti Alliance) ainsi que les Maoistes (CPN) ont signé, mardi à minuit, un accord historique mettant fin a un conflit de plus de 10 ans et permet de restaurer la paix à travers 6 points majeurs.

Selon l'accord, signé au terme de 14 heures d'âpres négociations entre les deux protagonistes, le SPA et les Maoistes, les protagonistes sont tombés d'accord sur un accord de paix qui sera définitivement signé le 16 novembre prochain. Tous les combattants Maoistes seront cantonnés dans 7 zones dès le 21 novembre prochain ; Ansi, les Maoistes seront répartis dans les districts de Ilam, Sindhuli, Kavre, Palpa Rolpa Surkhet et Kailali. Toutes tes armes détenues par les Maoistes seront enfermées et resteront sous le controle des Nations Unies et des deux camps partis aux négociations. Un nombre égal d'armes appartenant à l'armée sera également mis sous scellé. Le controle de ces armes sera sous la responsablité des Maoistes, des Nations-Unis et du gouvernement.


L'accord prévoit une législature intérimaire constituée de 330 membres comprenant tous les membres de la chambre des represenants et de l'assemblée nationale excepté ceux initialement nommés par le roi qui resteront membre de la législature intérimaire.

Une constitution par intérim sera annoncée dès le 26 novembre prochain et la chambre des représentants et l'assemblée nationale seront dissoud dès que la nouvelle chambre aura annoncé la législature et la constitution intérimaire. Tous les membres du gouvernement et des courts dirigées par les Maoistes seront eux aussi dissoud. Le gouvernement intérimaire sera mis en place dès le 1er décembre prochain.

Selon l'accord, la premiere réunion de l'assemblée constituante aura lieu durant la seconde semaine de juin 2007 et décidera du futur de la monarchie. Le sort du roi sera décidé par la majorité de l'assemblée réunie. Le roi n'aura plus d'intérêt dans les affaires de l'état et les biens de la famille royale seront nationalisés et convertis en trust afin d'être régi par le gouvernement.

L'assemblée constituante comprendra 425 membres dans laquelle un systeme électoral mixte sera établi. 16 autres membres seront nommés par le conseil des ministres. Désormais, tous les nepalais pourront, dès leur 18 ans, être en mesure de voter à l'élection de l'assemblée constituante. Il sera également créé une court constitutionnelle qui sera en charge de pallier à toutes les difficultés qui pourraient survenir lors de la création de la nouvelle constitution. L'assemblée des élus sera sous la surveillance des Nations-Unies selon les termes de l'accord signé mardi dernier.

Les membres du conseil constitutionnel seront élus par les chefs du conseil constitutionnel qui regroupe le premier ministre, le chef de la justice, et le porte parole intérimaire des nouveaux membres de la légilature intérimaire. Les différents corps locaux constitués seront dirigés, selon les accords, entre le SPA et les Maoistes. Il a également été déclaré que le probleme des certificats de citoyenneté sera résolu avant l'élection de l'assemblée constituante. Une commission sera également formée afin de prendre en charge la reconstruction de l'état et la restauration de l'unité nationale sans discrimination de classe, d'ethnie ou de religion. L'accord prévoit également une compensation pour toute les personnes ayant souffert du conflit (prises en compte des familles des personnes tuées ou déplacées). Une commission «vérité et reconciliation» sera également créée pour tracer la voie de la réconcialiation nationale au sein de la société.

L'accord a été signé par le leader du SPA et le chef des Maoistes, Prachanda.

Le premier ministre Koirala a déclaré, ce jeudi, «qu'aucune des parties n'avait perdu d'intérêts dans la signature de cet accord et que les nouveaux accords marquaient la victoire du peuple ». Il s'est également déclaré satisfait des efforts politiques entrepris par les Maoistes pour aboutir a un accord définitif. Pour le premier ministre, « la voix des armes nous a mené à l'impasse » et il en profité pour remercier l'ensemble des partis pour leur contribution dans l'aboutissement d'un accord national. Le chef des Maoistes, Prachanda, a lui déclaré que la signature des 6 points d'accord avec l'alliance des 7 partis était « le plus grand événement qu'est jamais connu le Népal lors de son histoire moderne ».

Il a également déclaré qu'il souhaitait la mise en place, dans le futur, d'une république démocratique et qu'il ne reconnaitrait pas le roi comme chef de l'etat.



Retrouvez tous nos treks dès maintenant. Voir l'ensemble de nos treks et ascensions au Népal, Tibet, Ladhak, Pakistan et Bhoutan

NEPAL : Manif et déchets !

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 20:12 :: Vie quotidienne
(déposé Par Caroline Letrange :: 10/2006)

Les changements politiques qui s'annoncent et qui vont, semble t-il, dans le bon sens, causent toutefois quelques petits désagréments sans gravité.

Ainsi, les grèves, pour faire avancer certaines revendications, sont de plus en plus fréquentes. A Thamel, en plein centre ville, cela fait 5 jours que les déchets n'ont pas été ramassés. Avec la chaleur, l'odeur est parfois intenable. Alors entre temps, les déchets sont brûlés, ce qui créé de gros nuages gris au milieu de la pollution automobile ... Aujourd'hui, c'était le bulldozer qui prenait le relais !

Pour la situation politique, les maoistes devraient être considérés comme le 8eme parti politique en place avant les prochaines élections en 2007. Leurs revendications sont en cours de discussion et, avec le temps, arrivent à être acceptées. Sur les parcours de trek, on croise encore des maoistes qui vous demandent de l'argent (entre 200 et 2500 roupies, de 2 à 25 euros grosso modo).

Le pays retrouve toutefois un peu de séreinité car il n'y a pas eu de couvre-feu depuis plus d'un an, de plus, les maoistes sont en train d'être "légalisés" et  le dépot des armes semble être en bonne voie ; en tout cas, leur crédibilité politique leur impose de ne plus être considérés comme des rebelles, mais comme une force politique à part entière.

Thamel se rempli progressivement de touristes de toutes nationalités et les rues sont pleines de trekkeurs qui déferlent par groupes entiers !! Bonne chose pour l'économie de ce pays qui mérite de s'en sortir.

Les réservations pour les treks sont ouvertes pour 2008 et 2009, merci de contacter nos équiques



NEPAL : Fête de Tihar

Par Caroline Letrange :: 27/04/2007 à 21:12 :: Vie quotidienne
Initialement poste par Caroline Letrange le 22/10/2006

Tihar, La fête des Lumières !!
La deuxième fête la plus célébrée au Népal, après Dashain, durant 5 jours, c'est la célébration au monde des morts. Toutes les devantures de magasins, de restaurants, de maisons, d'hotels ... sont couverts de guirlandes multicolores de lumières, de fleurs et de bougies.

A l'origine c'est une fête hindoue mais ses rites sont suivis par d'autres religions. Cette fête est dédiée essentiellement à Laxmi, la déesse de la richesse et femme du Dieu Vishnou. A chaque jour est lié un rituel spécifique :

- 1er jour : Célébration du culte du corbeau, messager de Yama, seigneur du monde souterrain, lié au monde des morts dans la mythologie indienne. Des offrandes à sont ainsi proposées tôt le matin pour satisfaire le messager du dieu et éloigner la mort de chaque maison. C'est Kukhur Tihar.


- 2eme jour : Célébration du culte du chien, gardien de la porte des ténèbres et de la maison de Yama. Les chiens reçoivent une Tika rouge sur le front et une guilande d'œillets autour du cou. Tous les chiens, même les plus rachitiques, sont affublés de ces guirlandes. C'est aussi parce que, dans les différentes réincarnations, la vie est sensée commencer par celle du singe et se terminer par celle du chien. C'est Gaï Tihar.

- 3eme jour : Célébration du culte à la déesse Laxmi, mère nourricière (grâce à son lait), et à l'animal qui l'incarne, la vache. Toutes les vaches reçoivent donc des guirlandes de fleurs et une ficelle pour, le jour de la mort, conduire le défunt sans encombres. Dans les maisons des autels sont dressés et différentes offrandes (argent , encens, nourriture ...) sont offertes à la déesse. Devant les maisons, des chemins sont tracés et ornés de petites bougies et de pétales de fleurs pour guider la déesse vers l'autel lors de sa venue pour qu'elle apporte la richesse. Le soir venu, elle chevauche un hibou pour faire le tour du monde et voir comment les hommes la révère.


A partir du 3eme jour, de petits groupes d'enfants ou d'adolescents déambulent dans les rues, de maisons en maisons ou de magasins en magasins dans Kathmandou, et chantent la rengaine du Tihar, petits couplets répétitifs sensés délivrer les bons auspices à l'occupant du lieu, et attendent en retour de petits cadeaux ou un peu d'argent.

- 4eme jour : Célébration du culte du buffle, l'animal le plus utilisé dans les campagnes. L’agriculture étant l'activité prépondérante au Népal, ce jour permet de vénérer cet animal indispensable aux travaux des champs. Le buffle étant également le «véhicule» de Khrisna (chaque dieu ayant un véhicule, c'est à dire un moyen de transport pour se déplacer), son culte est donc célébré et, ce jour particulier, ses excréments sont considérés comme sacrés. Des pujas sont alors faites sur tout le matériel agricole pour attirer les bons auspices. C'est Mha puja, la puja pour soi-même qui commémore le début de l’année chez les Newar, le plus grand groupe éthique au Népal.

- 5eme jour : Puja rituelle qui soeurs envers leurs frères. C'est le moment le plus attendu par toutes les familles. Ainsi les sœurs marquent un cercle autour des frères assis devant elles, leur verse un peu d’huile sur les cheveux puis leur appose sur leur front la tika de 7 couleurs et leur passe un collier de fleurs fraîches. En retour, les frères leurs font des offrandes de friandises et offrent un peu d'argent. Ce rituel est réalisé en référence à la légende qui raconte la visite de Yama à sa sœur Yamouna qui l'accueilli avec une tika sur le front. C'est Bhai tika.

Mardi 24 octobre est le grand jour marquant la fin de Tihar. Depuis quelques jours, Kathmandou s'est illuminé de 1000 couleurs, de bougies et s'est orné de guirlandes de fleurs. Les enfants passent de magasins en magasins, des dances improvisées se déroulent dans les échopes qui restent ouvertes jusque tard. Des pétards claquent une bonne partie de la journée et la bonne humeur est de mise durant cette fête. Kathamndou se vide un peu de ses locaux qui profitent de cette fête pour retourner dans leurs familles célébrer Bhai Tika tous ensemble. Les départs vers la campagne sont nombreux et beaucoup de magasins resteront fermés toute la journée de mardi.

Pour commencer les festivités, un concert géant de musique techno a été organisé à Trivedi Marg (en face de Fire and Ice ; les alpinistes en quête de pizzas après leurs expés seront de quoi je parle). Toute la rue a été investie par une bonne partie de la jeunesse népalaise et par quelques touristes. Jusque tard dans la nuit, des marchands ambulants ont préparés des Momos

Ambiance joyeuse. Artistes et DJ locaux se sont produits sur scène en mixant musique népalaise, fusion et techno bien occidentale : un vrai cocktail détonnant et très apprécié. Une très bonne soirée pleine de bonne humeur !

Découvrez tous nos voyages, treks et festivals sur REACHSUMMIT


NEPAL : Kayak Rodéo

Par Caroline Letrange :: 02/05/2007 à 3:10 :: Trekking
(déposé Par Caroline Letrange :: 11/2006)

Des frissons, du fun et de l'eau vive à profusion !

Je reviens du grand championnat de kayak organisé sur la rivière Sunkosi qui se situe à 2 heures de Kathmandu. Beaucoup de monde pour ce rassemblement de kayakeurs un peu dégentés ! Le népal y est très bien représenté et le niveau des compétiteurs est élévé ... mais le plaisir est toujours au rendez-vous avec bières et films de glisse à la nuit tombée !!

Contactez nos Photographes sportifs, spécialisés en sports extrêmes.
Pour voir les autres clichés et vous offrir un photographe profesionnel pour vos expéditions, treks ou compétitions

Participez aux événements sportifs, treks et ascensions au Népal. Contactez-nous pour vos réservations.

NEPAL : Waouh les transports !

Par Caroline Letrange :: 08/05/2007 à 3:27 :: Vie quotidienne
Ah se véhiculer à Kathmandou, faut prendre le pli !!

Plusieurs options sont envsageables en fonction de votre témérité et du niveau de confort requis. Pour faire simple, vous avez la marche à pied, bien pour l'acclimatation si vous partez en Trek mais vue la pollution croissante, c'est peut-être pas le meilleur choix ... et les distances sont souvent un peu longue. Alors vous pouvez prendre le taxi mais vous devrez débourser entre 100 et 250 roupies en fonction de la distance et du lieu où votre taxi vous prend. C'est une bonne option confortable mais pas très pittoresque.

Je vous conseille donc de  tester les tuk-tuk de Kathmandou, un vrai plaisir  !

Ce sont de petits véhicules à 3 roues équipés d'un moteur de deux-temps refroidi à l'eau. On se tasse à l'arrière sur les banquettes latérales et on se tient à la barre centrale. Le chauffeur commande l'engin avec un guidon qui dirige l'unique roue avant. Parfois une boite de vitesse, des plus antiques, permets de passer de 5km/h à 13 ou 14 km/h pour suivre le flux incessant d'un trafic qui ne s'arrete jamais et qui déferle dans un vacarme de klaxons ininterrompu ... c'est l'asie quoi ! si vous n'êtes pas préparé à cela, vous ratez le plus pittoresque !

Il a l'avantage de pouvoir se faufiler dans les embouteillages ou lorsque le flux des voitures commence à rendre la circulation quasi-impossible. Le tuk-tuk doit son nom au bruit que fait le moteur quand il tourne au ralenti. Il ne vous en coutera qu'entre 10 et 25 roupies en fonction du lieu où le tuk-tuk vous prend et vous dépose. A Kathmandou, inutile de négocier les prix, ils sont fixes et vous permettent de vous déplacer un peu partout en ville sans débourser beaucoup d'argent.

Le contact avec la population est aussi la partie la plus intéressante ; on vous demande souvent d'où vous venez, ce que vous faites ... et hop en 5mn de conversation, vous êtes perdu, vous savez plus où vous êtes ! ça fait rire tout les passagers et tout le monde se met à vous aider pour retrouver le chemin de l'hotel providentiel !!

Sinon vous avez, ce qu'ils appellent, les "micro-bus". plus confortables, plus grands, moins polluants, moins exposés en cas d'accidents mais un peu plus chers. Ce sont de petits Van et un gamin hurle souvent à la porte la destination du véhicule. N'hésitez pas à demander au chauffeur car tout est écrit en Népalais et ce n'est parfois pas facile de trouver la bonne direction. Mais on y arrive toujours !!

Enfin, il y a les grands bus. Eh là c'est l'expédition ! ils vous emmenent souvent sur des distances plus longues (Pokara, Baktapur ...) et se frayent un chemin dans la circulation à grands coups de klaxons à vous exploser les tympans ! Les amortisseurs sont souvent inexistant, les pneus généralement (très) lisses, transportent parfois des chèvres ou des passagers sur le toit et file à tombeau ouvert dans les rues ! Là encore les prix sont fixes en fonction du trajet. Le contact avec les népalais n'a pas d'égal, vous apprenez toujours quelque chose de nouveau pendant votre trajet !

A Kathmandou, tout le monde prend la vie du bon côté et le sourire est leur meilleur accueil ! ne vous en privez pas et montez dans ces drôles d'engins dès que vous voulez aller quelque part !

Visitez avec REACHSUMMIT Kathmandou, Baktapur, Pokara et les temples avoisinants dans un périple culturel étonnant.

NEPAL : Permis de trek

Par Caroline Letrange :: 01/06/2007 à 23:09 :: Situation politique

Need translation ? get here !

Le premier ministre Koirala et le secrétaire d'état Américain pour la démocratie et les droits de l'homme, Monsieur Lowenkron, se sont rencontrés aujourd'hui et ont aprouvé la décision des huit parties de fixer une nouvelle date pour les prochaines élections de l'Assemblée Constituante qui devaient avoir lieu en ce moment. Normalement, les élections devraient se tenir lors de la troisième semaine de novembre.


Lowenkron a toutefois demandé à ce que l'unité au sein des partis politiques soit maintenu afin de faire face à la transition politique qui s'annonce. Il est certainement probable qu'un accord sera trouvé avant les élections concernant le sort de la monarchie et des pouvoirs que devrait concerver le roi. Les maoistes quand à eux réclament toujours l'établissement immédiat d'une république.

Au sujet de du TRC et du permis de trek qui avait été instauré en octobre 2006 : son application était resté un peu flottante depuis début 2007. Mais le TAAN a réclamé la réinstauration du permis de trek et d'ascension auprès du Ministre du Tourisme. Ce permis ne permet plus au trekkeurs voyageant seuls ou en groupes non accompagnés de se rendre dans certaines régions du Népal sans être affiliés à une agence qui fournissait l'intendance.

La situation, bien qu'encore assez floue, tend toutefois vers une application de ce fameux permis. Je n'ai pas plus d'information à ce sujet. Les semaines à venir en diront plus pour la reprise de la saison de trek à partir de septembre 2007.

Heureusement, ce permis n'empêche pas les trekkeurs de ce rendre au Népal et d'organiser leur trek ; ces mesures visent à réglementer le tourisme et à encadrer les touristes qui se rendent dans la région. N'hésitez pas à me poser vos questions pour en savoir plus.

Situation politique régulièrement mise à jour grâce à www.reachsummit.com


NEPAL : Retour de l'Everest !

Par Caroline Letrange :: 02/06/2007 à 0:18 :: Ascension
Need translation ? get here !

L'everest, montagne mythique qui attire des centaines de grimpeurs tous les ans. Cette année retour d'une cliente alpiniste française ayant tenté le sommet par la voie Sud.
  • Retour d'expédition
Fin mai 2007, après environ 2 mois de trek, d'acclimatation puis d'ascension, retour d'une cliente de l'Everest par la voie Sud ... heureuse, même si le sommet n'a pas été au rendez-vous avec un beau 8480m en poche ! Bravo et félicitations !
Récit d'ascension bientôt.



Inscriptions ouvertes pour l'ascension de l'Everest en FULL SERVICE: www.reachsummmit.com
  • Un petit mot sur l'Everet :

Située sur la frontière entre le Népal et le Tibet, l'Everest (aussi appelé Qomolangma* / Sagarmatha / Chomolungma - * Le Q se prononce CH) est la plus haute montagne du monde avec ses 8850m d'altitude. C'est en 1865 que l'Everest prend son nom actuel en référence au controleur général des Indes, Sir Everest. C'est en 1852 qu'un mathématicien Indien détermina la hauteur de L'Everest et pris l'appellaton de "Pic XV".

2 routes principales mènent au sommet :

- La voie Nord, par le Tibet en traversant la vallé du Rongbuk

- La voie Sud, par le Népal en traversant la vallée du Khumbu
Par cette voie vous traversez parmi les plus beaux paysages du Népal en passant par la célèbre capitale des Sherpa, Namche Bazaar. C'est par cette voir que Edmund Hillary et Tenzing Norgay atteignirent le sommet en 1953. Pour arriver jusqu'au camp de base, 2 voies principales peuvent être prises. La première via un attérissage dans le petit village de Lukla par avion ou en trek à partir du village de Jiri pour un très beau trek d'acclimatation.

L'acclimatation est longue mais nécessaire pour donner au corps le temps de s'habituer à l'altitude et au manque d'oxygène. Les deux voies sont très différentes de part les paysages traversés ; le Népal bénéficie de la mousson et donc de paysages plus verdoyants. Le Tibet, quant à lui, situé au Nord de la chaîne himalayenne ne reçoit que très peu de pluies, les paysages sont plus arides et plus exposés aux vents ... mais gardent un charme sauvage à couper le souffle !

Vous inscrire pour un trek ? www.reachsummit.com

NEPAL : Obtenir un visa

Par Caroline Letrange :: 02/06/2007 à 15:44 :: Conseils pratiques

Pour aller au Népal comme touriste, tous les ressortissants français doivent avoir un visa d'entrée pour le Népal.


le Visa Touristique a une durée maximale de 60 jours, normalement renouvelable 3 fois x 1 mois
Munissez-vous de photos d'identité (pas de photocopie ou de scan) et d'un passeport dont la validité est supérieure à 6 mois avec une page complétement libre pour le visa, qui est un sticker qui recouvre une page entière.
Toutefois, vous pouvez partir sans visa car il est délivré directement à l'aéroport et les photos peuvent être prises directement dans le hall. Le visa coûte 30 dollars US pour une durée limitée. Sinon vous pouvez toujours aller à l'ambassade du Népal à Paris, 45 bis rue des Accacias 75017 PARIS avec une photo et environ 40 euros : le délai d'obtention prend normalement 1 semaine. Si vous restez moins de 3 jours, les visas sont gratuits

Il est bien de faire une photocopie de son passeport au cas où. Pour aller au Tibet via le Népal, vous pouvez obtenir un visa à partir de la France, mais il sera automatiquement annulé pour être remplacé par un autre visa délivré par les autorités chinoises. Ce sont les agences de voyage qui accomplissent les différentes formalités d’entrées au Tibet.

REACHSUMMIT organise votre trek dans la vallée du Khumbu, le Dolpo, le Langtang ... Tous nos voyages sont ici >

NEPAL : Le yéti existe t-il ?

Par Caroline Letrange :: 14/06/2007 à 2:23 :: Visites culturelles
Need translation ? get here !

Le yéti est un mythe qui fascine, légende ou réalité ?

Les rites religieux font partie du quotidien des populations du Népal et du Tibet. Les monastères ou "gompas" sont des centres religieux, des lieux de médidation et d'enseignement de la philosophie bouddhiste.  Les mythes et les légendes font eux aussi partie des récits et textes sacrés sans que jamais on ne puisse aujourd'hui en distinguer la part de légendes et la part de réalité.

Lorsque vous visistez le Népal, passez par le Monastère de Pangboche lors de votre trek en direction du camp de base de l'Everest. A la hauteur du majesteux Ama Dablam en passant par Namche Bazar, ce monastère recèle un trésor que la légende a nourrie pendant de nombreuse années : celle du Yéti. En effet, le monastère détient les restes de ce qui est considéré comme ceux du Yéti !!


la splendide vue des montagnes de la route menant au camp de base de l'Everest.
Au milieu l'Ama Dablam et dans le fond le Lhotse et l'Everest.

REACHSUMMIT organise l'ascension de l'Everest en Full Service ;
pour les tarifs et prestations :
contact@reachsummit.com

C'est au XV eme siècle que le "Yeh-teh" ou "yeh-tch", "l'homme des rochers" comme l'appelle les tibétains, est pour la première fois évoqué et décrit pas un européen. Puis des missions anglaises, en exploration dans la région décrivent de gigantesques empreintes dans la neige et une sihouette de très grande taille se déplaçant sur les heuteurs. Ce sont les occidentaux qui popularisèrent la légende de l'"Abominable homme des neiges" ou "Migyu" comme l'appelle aussi les populations tibétaines !

Selon les légendes venues du Tibet et du Sikkim et rapportées par les Sherpas, le Yéti se présenterait sous 3 formes distinctes :
  1. une homme de très grande taille qui dévore le bétail, c'est le "dzu-tch"
  2. Un singe au pelage roux de moindre taille
  3. et un autre singe, plus proche de l'apparence humaine, couvert de poils et réputé pour être agressif ; c'est notre Yéti, le "Mih-tch" ou " Meh-teh"
Plusieurs théories sont avancées quant à l'existence de ce mystérieux animal : un Orang-outan géant (vraiment ?) ou l'"homme de Pékin" ce singe dont l'apprence se rapproche de l'homme et qui se serait réfugié dans les montagnes (oops vous y croyez ?) ou encore un ancêtre de l'homme de Néandertal qui se serait réfugié dans les habitâts hostiles et reculés de l'himalaya pour se protéger (Jurassic Park is back !!). Allez les dernières théories penchent pour un grand singe de la famille du Gibbon ou de l'Orang-Outan (le revoilà) qui aurait évolué pour s'adapter à son nouvel environnement.

Allez soyons sérieux cinq minutes ... Pour remettre un peu les pieds sur terre, les scientifiques auraient formellement démontrés que toutes ces reliques étaient fausses. Les reliques n'en seraient pas, les traces de pas, celle d'un ours, le sclap du Yéti détenu par le monastère de Khumjung serait en fait de la peau de chèvre ... et toujours pas de photos de la bête !!

Mais enfin, si l'on ne vit pas d'un peu de rêves et de légendes, la vie serait bien morne, non ? Allez, je retourne à mes lectures ... "Tintin au Tibet" ! Passionnant ... !

Vous souhaitez vous aventurer sur un trek sur la route de l'Everest ?
www.reachsummit.com


TIBET : Quel visa avant départ ?

Par Caroline Letrange :: 14/06/2007 à 12:22 :: Trekking
Need translation ? get here !

Le tibet est une province autonome de la Chine sous autorité (et controle) des autorités Chinoises.

Beaucoup de questions et de demande de renseignements m'ont été posées pour savoir quels étaient les formalités à remplir pour accéder à cette splendide région sauvage et aride. Voici quelques réponses :

Tout d'abord, un postulat de base qui s'impose : vous ne pouvez voyager (et entrer) seul au Tibet. Les autorités vous obligeront toujours à vous insérer dans un groupe d'au minimum 5 personnes à partir d'une agence pour effectuer votre  périple au Tibet. De plus, l'entrée au Tibet ainsi que la sortie se fait au sein d'un groupe.


Passage de la frontière chinoise par le "Pont de l'Amitié" via la ville
de Tatopani au Népal pour remplir ses dernières formalités

Si vous allez en trek visiter les grandes villes du Tibet telles que Lhasa, Gyantse, Shigatse et pousser jusqu'au Mont Kailash (voir notre itinéraire), passez par le Népal et ne vous embêter pas à prendre un visa à partir de votre pays d'origine, ce sera un visa chinois qui sera automatiquement annulé pour être remplacé par un visa spécifique pour le Tibet. Partez donc léger !

A partir de Kathmandu, les agences prennent en charge sur place les formalités nécessaires pour faire établir votre visa. REACH SUMMIT s'occupe entièrement de ces formalités lorsque vous effectuez votre trek ou votre ascension au Tibet. Munissez vous de votre passeport et de photos d'identité et de quelques renseignements tels que : nom, sexe, date de naissance, numéro de passeport, nationalité et votre métier.

Il ne faut que quelques jours pour que les formalités soient établies. La validité du visa est de 3 mois

Petite recommandation d'usage : lorsque vous inscrivez votre métier, éviter toute profession en rapport avec le journalisme car votre visa pourrait prendre beaucoup (beaucoup) plus de temps à établir ! même chose si vous êtes diplomate ou membre d'un gouvernement ... allez faut savoir mentir parfois !!

Visiter les plus belles villes du Tibet ou accéder aux sommets mythique ?ReachSummit vous accompagne sur les plus beaux itinéraires de trek !!


KILI : Prêt pour le kilimandjaro ?

Par Caroline Letrange :: 17/06/2007 à 1:11 :: Ascension
Need translation ? get here !

Le kilimandjaro est un fabuleux volcan qui peut être gravi quasiment toute l'année. Toutefois, mieux vaut partir durant les deux principales saisons sèches pour s'assurer moins de nuages, moins de précipitations et moins de neige. Voilà quelques bons plans pour préparer son voyage ... et s'assurer le sommet !


Le sommet du Kilimanjaro à l'aube, une vue imprenable sur l'Afrique !
  • Quand Partir ?
Le kilimandjaro offre une grande souplesse dans les dates d'ascension car il n'y a pas de moussons ou de fenêtre météo qui oblige les grimpeurs à "se jeter" sur les hauteurs dans des temps extrêmement limités.

Dans les faits, vous avez deux saisons sèches :
  1. La grande saison sèche entre juin et début octobre qui vous permet de profiter de moins de précipitations et d'apercevoir le sommet. Cette période est également très profitable lorsque vous traversez la foret humide sans "patauger" dans la boue ou endurer les pluies de la journée.
  2. La petite saison sèche qui va de mi janvier à fin février. Cette période est plus courte mais tout aussi agréable. Les nuits y sont moins froides mais les précipitations peuvent être plus fréquentes dans la journée. Il peut également neiger au sommet, parfait pour les photos, mais parfois les chutes de températures sont impressionnantes et le vent peut en faire renoncer plus d'un.
Les deux périodes se valent et vous permettent d'apprécier un très beau parcours. Le "plus" de la période estivale c'est que l'on peut emmener toute la famille et varier les plaisirs entre safaris et ecotourisme pour maman et les enfants et ascension pour papa !

  • J'habite en ville, je passe 10h par jour avec mon ordi préféré et le Week-end je déjeune avec belle-maman ... Comment m'entrainer ?

Même si techniquement le Kilimandjaro n'est pas compliqué, l'altitude et donc le mal des montagnes ne sont pas à négliger. Il est donc tout a fait recommandé de s'entrainer avant d'atteindre les 5895 mètres.

- Le souffle : vous aurez plusieurs de marche consécutives durant plusieurs jours de suite. REACH SUMMIT prévoit 7 jours de marche au lieu de 5 ou 6 sur la voie Machame pour vous assurer une bonne acclimatation et accroitre considérablement vos chances de réussite. La course à pied est le meilleur moyen de développer son souffle et sa capacité pulmonaire. Le tranfert d'oxgygène dans le sang n'en sera que meilleur pour lutter contre l'essoufflement et prévenir le mal des montagnes. Courir sur le long terme pour parfaire l'endurance sans forcer et en surveillant son rythme cardiaque. Surtout ne pas forcer, c'est sur la longueur qu'il faut travailler.

- Les muscles : quelques scéances pour muscler les cuisses et renforcer les tendons n'est pas de trop. Les genoux souffrent un peu à la descente, il faut donc les ménager. Je recommade de mettre des genouillères si vous avez des genoux un peu fragiles ou douloureux. La descente se fait dans la foulée d'une nuit de grimpe qui a précédé une journée de marche et les jambes sont très sollicitées.

- Marcher doucement durant votre trek : c'est la partie la plus importante. Les journées vous sembleront faciles sur certaines parties du trajet, n'en profitez pas pour accélérer. Laisser à votre corps le temps de s'acclimater, de s'habituer à l'altitude et à la raréfaction de l'oxygène. Il faut impérativement s'économiser pour la partie finale qui sollicitera toute votre énergie.

- Médication ? restez simple, les vitamines sont votre meilleur allié. Un bon complément vitaminique, 1000 mg de vitamine C / jour et un dynamisant naturels sont largement suffisant et permettent de combler les coups de fatigue. Pour l'altitude, de l'aspirine et boire beaucoup, minimum 3/4 litres par jour. Prenez de la soupe, du thé, de l'eau ... ingérez du liquide !

A EVITER : Je ne recommande pas les médicaments ; ils vont souvent cacher les premiers signes du mal d'altitude. Lorsque le Mal des Montagnes frappe, c'est souvent sérieux et trop tard pour traiter (perte d'appétit, gonflement impressionnant de la face, refus de marcher et/ou oedème)  ...  l'oedème pulmonaire et cérébral ne sont pas des mythes ; vous êtes à près de 6000 mètres !

La solution donc, une petite 1h de gym apès le travail avec un "Auto Reply" (réponse automatique) à vos mails après 19h, "je ne peux vous répondre, je suis en entrainement Kili !" et courir avec le chien après le déjeuner dominical.

  • Quelle route privilégier ?
Le parc national du Kilimandjaro est magnifique et la végétation traversée est à couper le souffle. Vous passez de la forêt humide, à la steppe d'altitude avant d'atteindre le désert de roches.

- La voie Marangu : la "Coca Cola" Route,  la plus prisée par les touristes. Couchage dans des refuges.

- La voie Machame : plus à l'ouest, elle est plus sauvage et convient mieux aux amoureux des grands espaces sauvages. Couchage sous tente.

- La voie Lemosho en passant par "Shira Plateau" : la plus à l'ouest, elle est la plus longue mais aussi l'une des plus sauvages et étonnante par les paysages traversés. Les bons marcheurs et ceux qui veulent éviter les longues files de trekkeurs, préféreront cette voie peu parcourue. REACH SUMMIT prevoit cette voie avec un voyag de 10 jours avec des produits frais pour profiter d'une alimentation équilibrée et savoureuse pendant cette longue marche. Couchage sous tente.

D'autres voies sont également pratiquables, au sud la Umbwe et la Rongaï au nord sont également à prendre en compte pour diversifier les trajets.


Levé de soleil sur la vallée et petit-déjeuner en plein air sur le plateau de Shira !

- La voie Mweka : cette voie très au sud est uniquement réservée à la descente ; 3 jours suffisaient pour faire l'ascension mais la recrudescence des oedèmes et des décès ont incités les autorités à la fermer à la montée.

  • Le Kilimandjaro, c'est cher !
Les prix varient effectivement. Toutefois le parc est un patrimoine protégé inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. La recrudescense des touristes a inciter les autorités à instaurer une taxe d'entrée de USD$ 650 payable avant de se lancer sur les pistes. REACHSUMMIT inclue les taxes des parcs et de secours dans tous ses prix pour l'ascension.


Passage délicat du mur de Barranco par les équipes de porteurs

Les pourboires et le don de matériel sont également vivement recommandés. Les équipes locales vivent du tourisme et sont souvent loin de leur famille pendant plusieurs jours pendant l'ascension, pensez à prendre des dollars pour le pourboire des équipes effectué à la Mweka Gate le dernier jour de votre ascension.

  • Qu'en est-il des visa ?
Vous pouvez prendre vos visas directement dans votre pays d'origine ou directement à l'aéroport dès votre arrivée. Si vous arrivez et repartez par le Kenya une taxe d'environ 20 USD$ vous sera réclamée à chaque passage.

-----------
J'espère avoir répondu à toutes les questions qui me sont régulièrement posées pour cette très belle ascension. Nhésitez pas à faire évoluer cette rubrique en posant vos questions directement sur le Blog. Au plaisir de partager avec vous des expériences de montagne et faire que votre ascension soit un succès.

Découvrir nos offres à petits prix pour gravir le Kilimandjaro, www.reachsummit.com

KILI : 5895m et tous en haut

Par Caroline Letrange :: 18/06/2007 à 3:38 :: Ascension

Voir un merveilleux levé de soleil au sommet de l'Afrique, rien de tel pour rendre la vie plus belle !!


7 jours de trek en altitude et d'ascension pour rejoindre Uhuru Peak (Pic de la Liberté) à 5895 m. d'altitude sur le plus haut volcan d'Afrique.

Le Kilimandjaro est une montagne particulière car c'est un strato-volcan, c'est à dire un volcan composé de strates de lave et autres composants volcaniques, qui offre à vos yeux le magnifique spectacle de 5 types de végétations différentes. Départ le 6 février 2007 en fin de matinée de la Machame Gate pour s'engouffrer dans la forêt humide. Le trek commence doucement au coeur d'une extraordinaire et spectaculaire forêt tropicale où de nombreuses espèces endémiques s'y développent.

L'air est saturé d'humidité et les plantes épiphytes se développent sans contraintes sur les arbres qui s'étendent vers le ciel et tamisent la lumière du jour. Le spectacle est grandiose, même si en milieu de journée nous sommes rattrappés par un énorme orage et des pluies diluviennes qui nous trempent jusqu'aux os. En fin de journée le Camp 1 est installé et le soleil, à peine résurgit des nuages, file se refugier derrière le Mont Meru à l'ouest.

Reveil sous un soleil radieux et une vue imprenable sur le flanc ouest du Kilimandjaro dont la glace scintille sous les rayons  du soleil levant. Le petit déjeuner est servi en plein air et les tentes se démontent doucement dans une joyeuse bonne humeur. Le départ est donné pour une journée de marche "Pole Pole" (doucement, doucement) vers le plateau de Shira. La végétation est une steppe plus aride composée de buissons touffus et d'herbes hautes. Le chemin se perd dans un dédale de roches recouvertes de mousses luxuriantes et d'arbres exubérants. Puis nous bifurquons vers une vallée plongée dans une brume violette qui enrobe les buissons odorants d'où surgissent les teintes pourpres et laiteuses des Helichrysum ou fleurs Immortelles. En milieu d'après-midi, nous voilà arrivés sur la plateau de Shira plongé dans une brume épaisse. Le paysage se noie dans un voile blanc. Déjeuner et Repos pour le reste de la journée. Vers 18h, dès le retour du soleil, petite balade en direction de Shira Hut pour découvrir un merveilleux ballet de couleurs chaudes et de nuages langoureux  qui accompagnent le lent coucher du soleil sur la vallée.

Nuit fraîche et un peu de gel au matin, mais à cette époque de l'année (petite saison des pluies), les températures sont agréables et propices à une bonne récupération après chaque journée de marche. Petit déjeuner à l'ombre de la Western Breach, la partie affaissée du volcan qui brille de tous ses feux. Au loin, plongé dans un linceul de brume matinale, émerge les roches brunâtres du Mont Meru qui nous fait face. Départ à 8h30.

Nous marchons en file indienne vers Lava Tower en direction de la Valley de Baranco, notre prochaine étape. Le soleil est radieux. La marche facile et quasi sans effort. Les porteurs nous croisent avec une indéfectible bonne humeur et les contours du volcan couverts de neige se dessinent sous un ciel invariablement bleu. Quelle merveilleuse journée. En fin de matinée, nous approchons de Lava Tower pour une déjeuner à l'abri des vents furieux qui mugissent autour de nous et des nuages qui rampent doucement de la vallée vers les hauteurs glacées. Les pentes du volcans se cachent lentement derrière une longue écharpe grise de nuages avant que nous ne repartions. La terre brune et les rocailles ont dorénavent recouverts la terre jusqu'au bout de la vallée. Seuls les mousses indolentes accorchées sur leurs roches de lave résistent à un climat de plus en plus hostile. La brume nous accompagnent tout au long du chemin et transforme les silouhettes en de drôles de fantomes mouvants aux contours incertains disparaissant parfois au détours d'un lacet.

Enfin nous atteignons la splendide Vallée de Baranco. La végétation y est ici à son aise. Seneçons centenaires, buissons odorants et autres lobélies y coulent des jours paisibles aux pieds des neiges éternelles. Fin d'après-midi de repos au milieu d'une végétation d'une unique diversité. Nuit calme et légèrement fraîche.

Au matin, le camp est en effervescence : nous devons passer avec tout le matériel le mur de Barranco qui nous fait face. 300 mètres d'escalade le long d'un mur de lave. Les porteurs s'y lancent les paquetages en équilibre sur leurs têtes et la sueur dégoulinant le long de leurs visages. Les chaussures sont rudimentaires, voires inadaptées, les charges volumineuses et l'attention toujours au aguêts. Cette ascension n'est pas compliqué mais requière toute l'attention nécessaire pour ne pas entraver l'avancée des porteurs, nombreux, et les faux pas sont toujours possibles. En haut, le spectacle est de toute beauté. La vallée s'ouvre sur un horizon qui vibre sous les rayons du soleil matinal. A l'opposé les pentes du Kilimandjaro brillent de mille feux sous les rayons éclatants.

Nous redescendons vers la vallée en direction du camp de karanga dans la vallée du même nom. Le soleil nous rechauffe et le chemin serpente entre les pierres brunes et noires qui s'étendent à perte de vue. Nous traversons les différentes vallées pour aboutir enfin à Karanga où les tentes sont éparpillées au milieu d'une brume qui vient de prendre possession des lieux. Fin de journée calme autour d'un bon thé chaud et de quelques biscuits. Avant de nous glisser sous la tente, nous admirons le spectacle enchanteur d'un ciel couvert d'étoiles. En bas, dans la vallée, les lumières diaphanes de Moshi, la ville en contrebas, scintillent dans la nuit.

Dès le levé du jour, nous nous dirigeons vers le Camp de Barafu. L'altitude grimpe. Le souffle est plus court. Le pas plus lent. Mais le soleil nous accompagne encore sur cette portion de trajet poussièreux. Dès la fin de la matinée, les premières équipes atteingent le camp juché sur son perchoir de roches. Il y fait gris. Le vent courre le long de la roche. Il y fait froid. Dès les premières heures de l'après-midi, une pluie de grésil s'abat sur nous et nous contraint à un replis dans nos tentes. Repos et musique dans les oreilles avant la nuit qui nous attend. Repas du soir tranquille à l'ombre d'une lune qui scintille au milieu des derniers nuages d'altitude. Ambiance un peu plus lourde qu'à l'accoutumé ; ce soir nous partons à l'assaut du volcan !

Minuit. C'est le départ. effervesce quasi-silencieuse dans le camp. Boisson chaude et biscuits avant de sangler les sacs à dos et de nous engouffrer dans la nuit noire. Marche lente et presque automatique. Les lampes frontales glissent leur halo le long du chemin piétinné par des milliers de marcheurs sur cette voie en direction de Stella Point, au bord du cratère du volcan. Il commence à faire froid. Le souffle se fait plus court. La respiration plus profonde. La tête tourne parfois.

Nous croisons quelques rescapés malchanceux qui, le visage bouffi et rouge, ont expérimentés les effets d'un début d'oedème lié à l'altitude. En levant la tête l'on aperçoit le long fil des petites lumières scintillantes des frontales qui courrent le long de la pente. En haut, la délivrance, Stella Point que nous devons atteindre dès les premières lueurs du jour. Nous nous arrêtons peu. Les défaillances sont bénines et les corps se remettent vites dès que les liquides chauds et les barres énergisantes sont avalés. Stella Point se dessine enfin. Un cratère couvert de neige s'ouvre devant nous. Au loin, plus à l'est, le soleil lance ses rayons de lumière derrière le Mawenzi, autre volcan ancien, et embrase le ciel de teintes cramoisies. L'aube rouge se lève doucement lorsque nous atteignons Uhuru Peak, le sommet tant convoité.

La descente est rapide mais exténuante. La pente descent quasi en ligne droite vers Barafu où nous nous arrêterons avant de reprendre notre descente le long de la Mweka Route. Le soleil est encore au rendez-vous et nous rechauffe doucement au fur et à mesure que nous perdons de l'altitude. Arrêt avnt la forêt humide pour une nuit de repos bien mérité. Le soir, l'ambiance est à l'euphorie. Succès total pour tous. Le sommet a ravi nos yeux et nos sens. Quelle merveilleuse montagne. Quelle incroyable expérience. Unique. Qui marque une vie ... un des grimpeurs a fêté ses 50 ans au sommet !! Joyeux anniversaire vu des hauteurs glacées de l'Afrique !!

Le lendemain nous traversons une nouvelle fois cette extraordinaire forêt humide qui nous englouti de sa végétation luxuriante. Les souvenirs envahissent ma tête. Les émotions et les sensations me submergent. Quelle magnifique ascension. Quelle merveilleuse expérience !!

Inscriptions pour le Kilimandjaro ouverte; Réservez votre place dès maintenant: trek d'altitude sur REACHSUMMIT



AFRIK : Ethnie Chagga

Par Caroline Letrange :: 19/06/2007 à 3:56 :: Visites culturelles

Petite visite à travers la région du Kilimandjaro.


Dans cette région du Nord du pays accolée à la frontière avec le Kenya, c'est l'ethnie des Chagga qui prédomine. Ils représentent moins de 2% de la population globale mais sont prédominant ici. Ils vivent des ressources issues du Kilimandjaro : café, bannaneraies, maïs ...

Le volcan est prénommé Kibo et fait référence à son sommet enneigé. Le Mawenzi et la plaine de Shira sont les 2 autres formations géologiques qui encadrent cette région.

 

Leur habitat traditionnel prend la forme d'une hutte ronde, séparée en 2 : une partie pour le foyer et une autre pour le couchage et surmontée d'un étage pour le stockage des denrées. Contrairement aux Masais, les hutes sont faites en herbes séchées et non en terre. Avec l'activité du foyer et la chaleur qui s'en dégage, les herbes s'agglomèrent entre-elles et forment un excellent isolant.


Et en fin de journée, remise à jour du blog directement dans la voiture grâce au TOUGHBOOK* : je chope une connexion Wifi et je mets à jour en direct avec textes et photos ! Fastoche ...

Découvrez avec REACHSUMMIT les tribus Massai et Chagga dans un trek écotouristique au coeur de la vie des Tribus Massai


WEB : On parle de nous :)

Par Caroline Letrange :: 21/06/2007 à 19:02 :: Temoignage clients
Need translation ? get here !

Quand les clients vivent une belle expérience grâce à Caroline Letrange, ils en parlent ... et en parlent bien !



Voilà un très beau site, très informatif qui ravira tous les amoureux du Kilimandjaro et de l'Afrique. Rien n'est laissé au hasard : préparation, équipement, récit d'ascension et bien sûr... les très belles photos !

Allez ne boudez pas votre plaisir ... et merci Stéphanie !!
Kilimandjaro par la Voie Machame >
et continuez à venir nous voir !
www.reachsummit.com

PARIS : de beaux A380 !!

Par Caroline Letrange :: 26/06/2007 à 17:34 :: Vie quotidienne
Need translation ? get here !

Mon partenaire Qatar au salon aéronautique : l'événement était comme d'habitude à la hauteur de la manifestation et l'A380 a vraiment fait de l'effet !


Le salon existe depuis 1908 et attire toujours autant de monde. Sous un ciel un peu plombé, on a quand même assisté à de belles démonstrations.

Le clou du salon, l'envol de l'A380 ; pas un bruit, l'impression d'aisance dans les airs et une engergure à couper le souffle.

Ce géant des airs peut transporter de 555 à 845 passagers sur un double pont et se déploit sur 73 mètres de long, 79,80 mètres d'envergure et 24,10 mètres de hauteur.

Qatar a acquit cinq A380 ; espérons que prochainement, les clients REACHSUMMIT pourront avoir la chance de grimper dans ce bel avion.



AFRIK : vaccins et fièvre jaune

Par Caroline Letrange :: 26/06/2007 à 18:17 :: Conseils pratiques
Need translation ? get here !

Voyager dans des pays dits "exotiques", c'est effectivement exotique sauf quand on a pas pris les précautions d'usage en matière de prévention des maladies locales.

Partir visiter la Tanzanie ? Ouverture des inscriptions au Kilimandjaro >

L'Afrique (et donc la Tanzanie) est particulièrement exposée à certaines maladies et infections dont il faut se prémunir avant de partir en voyage :

- La fièvre jaune : tout d'abord obligatoire est dorénavent recommandée. Ce vaccin vous couvre pour une période de 10 ans le 10 ème jour après la vaccination ; ne vous faites donc pas vacciner le jour du départ mais prenez un RDV quelques jours avant.

 - Le Paludisme ou Malaria : C'est une maladie grave qui peut parfois être mortelle et qui sévit dans des zones endémique telle que la Tanzanie. Aucun vaccin à ce jour n'existe. Cette maladie se transmets par la piqure de l'Anophèle, moustique femelle, qui introduit dans le sang un petit organisme qui vous contamine. Résultat : un état général qui se dégrade et de fortes fièvres.
On peu toutefois se protéger contre la Malaria grâce à des répulsifs. Certains sont partivulièrement puissants. Vous pouvez en acheter en pharmacie : un specifique pour la peau et un second exclusivement réservé aux vêtements. Ce dernier s'applique que vos vêtements de la journée ainsi que sur les draps et les moustiquaires. Au début, ça pue et l'odeur est épouvantable mais disparait en quelques minutes ... par contre pour le moustique, c'est l'enfer olfactif et il va battre de l'aile ailleurs !

Il est égalalement recommandé de se couvrir les bras et les jambes dès la tombée du la nuit ; c'est à cette heure que les moustiques sont les plus virulents car il fait moins chaud.

Enfin un médicament antipaludique est activement recommandé. A prendre en prise toutes les semaines ou quotidienne ; les médicaments sont très efficaces pour prévenir toute apparition des symptomes du Paludisme.

Pour ceux qui partent au Kilimandjaro, il est bon de prendre un antipaludique aux effets secondaires pas trop prononcés (vertiges, nausées ...) ; mais cela dépend de votre réaction aux médicaments. Demandez l'avis de votre médecin. Au dessus de la forêt humide, plus de moustiques en vue donc le danger est temporairement hors de portée !

Privilégiez les bouteilles d'eau non ouvertes, les légumes cuits et les fruits avec une peau (bananes, oranges, clémentines ...), pas de glaçons dans les verres et pas de glace pour faire plaisir aux papilles ... faites comme moi, préférez la bière !!


AFRIK : Chasse aux criquets

Par Caroline Letrange :: 26/06/2007 à 18:20 :: Vie quotidienne

Effervescence hier autour du nouveau jouet d'Anita : Un énorme criquet accroché à un bout de ficelle !

Le jeu consite à les traquer dans les hautes herbes, à les attrapper en faisant bien attention de ne pas se faire agripper les doigts par les grosses pointes coupantes situées le long des pattes arrières de l'animal puis de lui attacher une ficelle à l'un des postérieurs. Anita m'apprends, m'explique, me montre mais je comprends mal le Swahili et je peine un peu ...

Anita se balade donc avec son nouveau compagnon accroché à sa jupe et retenu par un bout de ficelle.

Bonne partie de rigolade avec les enfants qui apprennent à la "Mzungu" du village (moi en l'occurrence) comment s'y prendre : il faut bien le dire, malgré leurs efforts, je ne suis pas très douée ... ce qui fait bien rire !

Partez à la découvertes des voies du Kilimandjaro >

AFRIK : Parcs animaliers à voir

Par Caroline Letrange :: 26/06/2007 à 19:39 :: Visites culturelles

L'Afrique regorge de magnifiques endroits naturels, la plupart protégés dans des parcs nationaux dont l'accès ne se fait qu'en réglant une taxe d'entrée. Un véritable délice pour les yeux !


La Tanzanie détient parmi les plus beaux et les plus vastes parcs nationaux d'afrique. Lions, girafes, gnous et antilopes y naissent, vivent et meurrent dans une nature aux beautés intactes.

Plusieurs parcs sont visitabkes :

          1.  Les grands classiques :
  • Serengeti et Ngorongoro
Le serengeti est un immense parc animalier dont les "frontières" débordent au Nord sur le Kenya pour prendre le nom de Maasai Mara. Dans ce Parc, la diversité des espèces est exceptionnelle. On peut également y suivre la migration des gnous dans un extraordinaire mouvement de milliers d'animaux en quête de pâturages verdoyants et de points d'eau. Cette migration qui a lieu 2 fois dans l'année avec un spectaculaire déplacement de plus de 25000 gnous essentiellement à partir de fin février où les femmelles donnent naissances à leurs petits.

Les amoureux de nature et de grands espaces seront ravis. Souvent cette destination est également réservée pour les "jeunes mariés" qui viennent profiter de quelques jours de découvertes et finissent leur séjour par un vol en ballon au dessus de la savane.

REACHSUMMMIT organise un extraordinaire safari pour suivre la Migration des gnous.
Voyage en tout compris + option vol en ballon au dessus de la savane,
demande de renseignement, cliquez ici >

Ngorongoro est certainement l'un des parcs les plus étonnants. C'est dans le fond d'un immense cratere volcanique que toute une faune vit en quasi autarcie. Les tribus Massai des villages alentours viennent y faire paître leurs toupeaux. Pour protéger les sites, toute culture et toute habitation y sont interdites. Accès par 4X4 pour plonger dans l'antre du parc et s'emmerveiller de cette nature à portée d'appareil photo !
  • Manyara et Tarangire
Le Lac de Manyara est en plein dans la grande vallée du Rift et se situe au sud du Parc de Ngorongoro. C'est un magnifique lac, entouré d'une étrange forêt, où des milliers de flamands roses viennent se reposer et se nourrir. L'observation des oiseaux y est particulièrement unique et la diversité des espèces considérable.

Plus au sud encore, le parc national du Tarangire concentre sur ces 100 km de long une immense faune et flore d'une extrême beauté. Baobab, l'arbre que les dieux auraient déracinés puis replanté en le retournant pour le faire taire, est à voir. Les éléphants ont également élu domicile dans ce magnifique parcs verdoyant.


            2. Les plus petits, mais non moins intéressants !

  • Arusha National Park
Situé aux pieds du Mont Meru et aux abords du kilimandjaro, c'est dans ce pays que vous pourrez admirer une des plus belles vues de cet immense volcan aux neiges éternelles. Vous pourrez également en profiter pour vous acclimater avant une ascension du Kilimandjaro en tentant l'ascension du Mont Meru. Accompagné d'un Ranger, vous pourrez vous introduire dans les parties les plus boisées du parc et aller à la découverte de la faune qui s'y cache, essentiellement les singes. Ce parc est parfait pour une première découverte et une introduction aux merveilles de la Tanzanie.

REACHSUMMIT vous propose de visiter ce parc après votre ascension du Mont Meru et avant votre départ pour le Kilimandjaro. Retrouvez toutes les offres, cliquez ici >
  • Lac Natron
Tout au Nord sur la frontière avec le Kenya, la Lac Natron est un bijou extraordinaire. Ce lac alcalin peu profond s'ouvre sur un vaste espace dégagé et ouvert aux rayons ardents du soleil où des millions de flamands roses viennent nidifier.

              3. Les moins connus

  • Pare Mountains
Dans la partie Est du Kilimandjaro une splendide chaine de montagnes offre des opportunités de trek et de randonnées à tous ceux qui souhaitent une aventure haute en découverte mais tout en douceur. L'observation des oiseaux y est particulièrement appréciée.

  • Selous et Mikumi National Parks
Dans le sud de la Tanzanie, c'est parcs sont particuliers car sont des réserves animalières et des réserves de gibiers. Moins populaires car les routes y sont parfois inexistantes et le 4X4 obligatoire. Les contraintes de visite y sont plus strictes mais vous pourrez y voir toute la faune africaine et les troupeaux d'hippopotames.

               4. Les atypiques à découvrir !

  • Eyasi Lake
Accolé à la partie sud du Parc de Ngorongoro, Eyasi est un immense lac salé dont  la partie nord est bordée par les pentes de Oldeani Mountain. Découverte différentes du sud de Ngorongoro et du Serengeti au milieu des tribus Massai.

  • Mahale Mountains, la découverte des Chimpanzes
Ilot improbable aux bords du Lac Tanganyika, le parc national de Mahale offre une des plus belles attractions de la Tanzanie : la découverte des Chimpanzes. Situé dans le sud ouest du Pays, forets et plages se cotoient pour une découverte unique. A découvrir absolument !!

Ce tour d'horizon vous permet de découvrir les beautes de la Tanzanie qui détient une faune et une flore sans égal.

N'hésitez pas à nous contacter pour monter votre voyage et visiter les parcs de Tanzanie.
Cumuler les attractions entre safari, ascension,visite des tribus Massais et plage. La Tanzanie offre tout cela !

Saisons : globalement de juin à octobre et de janvier à mars
REACHSUMMIT vous aide à concevoir votre itinéraire >

TREK : Mal des Montagnes

Par Caroline Letrange :: 27/06/2007 à 4:24 :: Ascension

Vous partez en montagne ?

Maux de crâne, perte d'appétit, quelques vomissements par-ci par-là ? Si vous partez en altitude, ne cherchez plus, vous avez le mal des montagnes !

Dès 3000 mètres d'altitude, et même si votre condition physique est parfaite, ce mal peut rapidement évoluer vers un œdème cérébral ou pulmonaire. Les premiers symptômes sont les maux de tête, une très grande fatigue inhabituelle, une perte d’appétit et des insomnies répétées. Plus vous montez, plus les symptômes s'accentuent. Vous pouvez également avoir une rétention d’urine, un essoufflement, même au repos, et les maux de tête résistant à l’aspirine ou au paracétamol. Enfin, la survenance de vomissements, une fatigue extrême, voire des troubles du comportement indiquent qu'il est urgent de redescendre.

Pour l'œdème pulmonaire : essoufflement anormal à l’effort, une fatigue extrême, une toux sèche et difficile à controler avec, parfois, des crachats mousseux et un fort essoufflement au repos. Là vous devez impérativement descendre.

Ainsi si vous partez au dessus de 4000 mètres et surtout si vous envisagez de vous attaquer aux sommets himalayens de plus de 8000 mètres, il vous faudra :

- Faire une ascension lente
- S’hydrater, jusque 8 litres par jour en Himalaya sur les plus hauts sommets
- Si les symptômes du mal des montagnes surviennent, arrêtez votre ascension et si les symptômes persistent ou empirent, redescendez au plus vite.

Avant de partir, faites donc un test d'effort, un bilan cardiaque et médical. Certains médicaments permettent de prévenir le mal des montagnes, le Diamox essentiellement, mais c'est un diurétique donc des complications peuvent, en fonction de vos antécédents médicaux, survenir. L'aspirine est le meilleur ami du mal de tête mais il ne faut pas non plus en abuser !

La meilleure chose est de bien vous entraîner avant de partir : Course à pied, piscine, vélo ... tous les sports qui font travailler votre rythme cardiaque et votre souffle. Travaillez l'endurance, donc des sports qui privilégient l'effort sur une longue durée. Evitez des sports "violents" pour le coeur (tennis, squash, foot ...) et apprenez à respirer sans vous essoufler.
Et lorsque vous êtes en trek ou en ascension, marchez doucement !!

Votre trek sur mesure en Himalaya dans la vallée du Kumbu ? Mera Peak + Island Peak ...


NEPAL : On mange quoi today ?

Par Caroline Letrange :: 27/06/2007 à 20:08 :: Vie quotidienne

Question gastronomie au Népal, il y a un mets à ne surtout pas râter : Les Momos !


Si vous passer à côté des Momos, vous êtes obligés de revenir au Népal ! Ce sont des boulettes faites de farine et d'eau et fourées à la viande (boeuf, porc ou poulet) ou aux légumes. Ils sont cuits dans l'huile ou bien cuits à la vapeur partir d'un bouillon fait de viande et de tomates. Un petit rond de pâte d'environ 5 à 6 cm est étalé sur le plan de travail et, à l'aide d'une  fourchette vous garnissez une partie de la pâte. Le Momo est alors refermé en prenant la forme désirée et prêt à être cuit. Les Momos ont différentes formes : au Tibet, ils sont généralement longs et sont servis à la vapeur dans une sauce épicée, au Népal, ils sont traditionnelement ronds et plus souvent frits mais sont aussi généreusement arrosés d'une sauce très relevée.

A chaque coin de rue vous croiserez un vendeur de momos ; Pas besoin de chercher, vous les trouverez les yeux fermés car on reconnait ces minuscules échoppes au bruit des énormes "cuits vapeurs" qui sont installés à l'extérieur et qui donnent sur la rue. Les prix tournent normalement autour de 25 à 70 roupies l'assiette d'une dizaine de momos.

Préférez les petits "boui-boui" du coin de la rue avec quelques tables et un pot d'eau commun pour toute la tablée, les Momo y sont généralement très bons (car destinés au Népalais). Pour se rafraîchir, buvez à même la cruche sans que vos lèvres ne touchent les bords, vous ferez alors très couleur locale !

Pour tous les accros de la fourchette, je ne résiste pas à vous laisser le secret de cette recette unique pour vous essayer à la maison :

Attention, ma maman ne m'ayant pas donné de cours de cuisine, je ne certifie en rien la recette ; venez plutôt les déguster ici !
  • Pour la pâte

3 tasses de farine
1 tasse d'eau
1 pincée de sel

  • Pour le Remplisage

Poulet/dinde/agneau/porc hachés, ne me demandez pas les quantités, je ne saurais dire. Demandez plutôt combien d'invités vous serez et jugez au nombre de gros mangeurs !
1 tasse d'oignon de finement hachés
½ tasse de d'échalotes finement hachés
½ tasse de tomates découpées
1 cuillère à café de pâte d'ail
1 cuillère à café de pâte de gingembre
½ cuillère à café de safran ; on me dit que ce n'est pas obligatoire, mais moi je dis, plus on en mets, meilleur c'est !!
1 cuillère à café de poudre de cumin
1 cuillère à café de coriandre
4 cuillères à soupe de beurre
Sel et poivre, bien sûr

  • On se lance ?
Pour le remplissage mélangez tous les ingrédients ci-dessus et ajustez l'assaisonnement à votre goût. Pour la pâte, mélangez la farine, le sel et l'eau pour obtenir une sorte de pâte à pizza ; vous pouvez laisser reposer une heure environ. Puis étalez la pâte avec le rouleau ou la paume de la main. Avec un bol, découpez dans  la pâte en petites formes sphériques. Remplissez avec le mélange puis refermez en faisant de petits plis sur les bords (ouais pas simple, je sais). Assurez vous de bien fermer la pâte pour garder la viande et toute sa saveur à l'intérieur. Et hop, 10 à 15 minutes de cuisson au dessus d'un bon bouillon.

Vous régalerez vos invités avec une recette simple et typiquement locale !

Préparez quand même un bon boeuf bourguignon maison au cas où ma recette n'aurait pas remplie toutes les exigences de cette préparation !!

Visitez le Népal et découvrez les subtilités culinaires ?
Vite, www.reachsummit.com


TREK : Doigts dans la prise

Par Caroline Letrange :: 28/06/2007 à 14:36 :: Conseils pratiques

Quand on fait ses sacs, on emporte souvent l'ordinateur portable, le MP3, le sèche-cheveux ou le razoir ... et horreur quand, sur place, il faut les brancher, on a souvent des problèmes de trous !!


Pour résoudre ce désagréable soucis de voyageurs, voilà quelques astuces et infos qui pourront être utiles. Je ne vais m'attarder que sur les destinations qui sont proposées par REACHSUMMIT pour vous aider à partir l'esprit tranquille. En Asie, en tanzanie et essentiellement au Nepal, vous aurez soit :

- des fiches de type D : 3 fiches rondes
- des fiches de type G : 3 fiches carrées

et parfois des fiches apparentées à la fiche de type K : deux fiches rondes et un plate en prise de terre ... mais là je ne peux garantir l'authenticité de la prise ; inconnue au bataillon !
parfois vous aurez également des fiches de type E : deux fiches rondes et une fiches de terre (très similaires aux prises françaises)

>> Adaptateur pour prises anglaises classiques avec le plomb en bas ; partie plate à glisser dans votre adaptateur principal
  • Ne partez donc pas sans votre kit de survie ; vous avez le choix entre les prises différentes modulables :

- Les adaptateurs classiques avec les fiches de votre pays d'origine d'un côté et les fiches du pays de destination dans l'autre

Les adaptateurs avec une base "française" ou "anglaise" et vous glissez à l'autre extrémité une "plaquette" avec les fiches du pays de destination. Très pratique car où que vous alliez, vous avez toujours le kit qui convient.

- Les adaptateurs à fiches vissables. En fait les fiches se rétractent dans le corps de l'adaptateur et vous faites pivoter la base de votre prise pour ne faire sortir que les fiches dont vous avez besoin. Vous vissez pour serrer les fiches et ensuite vous branchez

- Les adaptateur genre "couteau suisse" : une base unique avec les fiches de votre pays d'origine et tout autour tout le kit des différentes fiches proposées dans le monde. Branchez votre appareil électrique sur la base, faites pivoter cette base vers les fiches du pays de destination et branchez. Super pratique même si un peu encombrant.

Pour le voltage préférez, les adaptateurs avec des plombs intégrés ; faites sauter les plombs plutot que de griller le portable. Des adaptateurs avec voltage modulable sont également proposées dans le commerce. Enfin un mini-onduleur est souvent bien pratique pour les gros appareils qui craigent les surcharges ; les ordinateurs portable en sont généralement pourvu d'office, c'est la gros bloc entre votre ordinateur et la prise.

>> Adaptateur à visse (on choisi ses fiches, ici de type française) et autre extrémité en embout de type GB ; adaptateur multi-ambouts : au centre votre prise, une bague pour choisir les fiches de destination ... et on branche !
  • Pour les treks, choisissez
- un adaptateur pour allume-cigar pour charger le petit matériel genre MP3 durant votre trajet

- Dans les marchés locaux (même à Tingri au tibet sur la route de l'everest et du Cho Oyu !)des adaptateurs qui se branchent sur l'arrivée de l'ampoule électrique avec à l'autre extrémité les fiches locales au bout desquelles vous mettez votre adaptateur ... et votre matériel ; ouf !

- des panneaux solaires : les souples de grandes tailles sont idéaux. Sur le sac à dos pendant le trek, on fait fonctionner la plupart du matériel électrique nécessaire. Attention les prix sont chers, comptez environ USD$ 500 !

Partez avec REACHSUMMIT dans des contrées vierges du Tibet, du Nepal ou du Bouthan ...
Tous nos voyages sont ici >


NEPAL : Arrivée à Kathmandou

Par Caroline Letrange :: 05/10/2007 à 11:08 :: Vie quotidienne

Je suis de retour à Kathmandou, la capitale du Népal pour cette nouvelle saison de trek qui commence.

REACH SUMMIT vous accueillent à Kathmandou pour tous vos treks et vos ascensions. Tous nos voyages sont personnalisés et adaptés à vos envies.

Découvrez nos itinéraires sur le
site www.reachsummit.com

Départ mouvementé de Londres où les embouteillages de fin de journée vous plombent d'une bonne heure le temps prévu pour arriver à l'aéroport. Le taxi qui veient me chercher est nerveux. Je m'y prends trop tard. Je vais râter mon avion. La tension est à son comble. Le type appui sur le champignon en jurant comme un diable. Pour le relaxer, il me demande de lui chanter "Frère Jacques" en Français !! je tente quelques notes qui ferai palir n'importe quel chanteur du dimanche ... il préfère mettre la radio à plein tube. Zigzag entre les voitures, les vélos, les camions ... je fini par fermer les yeux pour ne pas avoir l'estomac qui se tord dans tous les sens. Pourvu que l'on ne se fasse pas choper par la police !!

Arrivée à temps à l'aéroport après 1 heure et demi de slalom dans la capitale londonienne ; j'ai presque mal au coeur ! arrivée au guichet d'enregisrement,  les tracas continuent. Mon énorme sac "The North Face" est pesé  au dessus de la limite autorisée et mon matériel photo bien trop encombrant pour passer en cabine ... aaahhh, stop. C'est alors la course pour l'enregistrement, le sac que je dois vider, le matos photo à emballer et à voir partir entre les mains de l'agent d'aéroport avec l'angoisse de le voir arriver à Kathmandou en mille morceaux. Tant pis, ce sont les consignes de sécurité, impossible d'y déroger.

Vol Qatar Airways au petits oignons. Je profite des films durant le vol. Une escale à Doha pour les achats de produits de beauté à prix imbattables et hop, retour dans l'avion pour Kathmandou.

L'avion se pose sur la piste de l'aéroport de Tribhuvan. il fait chaud et humide. contraste très marqué avec Londres où il pleuvait des cordes. On vient me chercher pour l'hotel dans Thamel. Kathmandou n'a pas changé. Toujours cette circulation qui vous fait tourner la tête, cette pollution qui vous arrache les narines les premiers jours, cette gentillesse des Népalais qui vous rend plus humble et cette vie tourbillonnante qui semble ne jamais s'arrêter.

Le soir même je file dans mon bar préféré où j'y retrouve, sans rendez-vous aucun, des amis alpinistes qui reviennent du Cho Oyu avec des clients.



Cette année à été un peu difficile car le vent puissant et les chutes de neige ont rendus l'ascension difficile. Pénible. Ils ont tous au moins 5/6 bières dans le nez mais l'ambiance est extrêmement euphorique. Accolades de rigeur. Nouvelles bières Everest servies pour fêter mon arrivée. Histoires de montagnes hurlée au milieu d'une musique techno à vous arracher les tympans. Une bonne soirée quoi.

Pour cette première soirée au Népal, direction le lit à 4 heures du matin. C'est kathmandou !!

NEPAL : Respirer à Kathmandou

Par Caroline Letrange :: 16/10/2007 à 15:09 :: Vie quotidienne

Kathmanou, ville antique à l'architecture rafinnée et diverse, souffre d'une pollution toujours croissante.



REACH SUMMIT vous fait découvrir  la vallée de Kathmandou.
Découvrez notre site web et nos voyages au Népal et en Afrique

La vallée de Kathmandou et ses principaux sites, Kathmandou - Patan - Baktapur, ont une longue histoire architecturale née des influences venues de l'Inde et du Tibet complété par l'art local (Newar essentiellement dans la vallée de kathmandou). Les plus beaus sites mettent en valeur des temples bouddhistes et Hindou d'une très grande richesse et datant, pour certains du 17eme siècle.

Toutefois, les tremblements de terre à répétition et la pollution croissante mettent en danger ces joyaux architecturaux qui font l'histoire du Népal et dont certains sont classés au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. La situation géographique de Kathmandou accentue également les effets de cette pollution croissante. La ville s'étend dans une vallée coincées entre les chaines de montagnes de l'Himalaya. Par temps clair et tôt le matin la vue de la ville à partir du site de Swayanbunath (Monkey Temple) situé sur les hauteurs de la ville est magnifique. Toutefois, très vite, la pollution aérienne se fait sentir. Cette pollution croissante est essentiellement due à l'accroissement des véhicules qui sillonent les rues de la ville ainsi que les gaz émis par les petites usines aux contours de  la ville. Dès le milieu de journée, la pollution est véritablement perceptible et souvent difficilement supportable.



Depuis le début de la saison de trek, les rues de kathmandou sont régulièrement fermées aux taxis et véhicules laissant place libre pour les Rickshaws et les vendeurs locaux. Bonne initiative qui laisse les étroites rues de Thamel un peu plus libres mais surtout moins bruyantes car le klaxon à répétition fait concurrence à la musique locale.




NEPAL : Descente d'enfer !

Par Caroline Letrange :: 09/11/2007 à 10:26 :: Trekking

Extraordianire expérience que de descendre en rafting ou en kayak la rivière BHOTE KOSI à seulement quelques kilomètres Kathamandu.

Ce matin départ en bus pour vers la frontière tibétaine pour suivre un groupe de rafteurs dans leur descente d'une des rivières les plus mythiques du Népal : La rivière Bhote Kosi. Avec les chutes de neiges et les précipitations plus abondantes que les années précédentes, la rivière a considérablement gonflée et les plus grosses sections se classent en grades 5 et 6 et varient en 4 / 4+ et 5 sur le reste de l'itinéraire. Le soleil est au rendez-vous et l'ambiance est décontractée.



Grace a notre partenaire AdventureX-Guys, Reach Summit propose des réductions pour les groupes Gay, nous contacter pour en savoir plus >

Sur la route qui serpente le long des collines, chacun jete un oeil attentif en contrebas pour repérer les endroits les plus ardus à passer. La route est bonne et il nous faut seulement 4 heures au départ de kathmandou pour arriver au point de ralliement où les équipes de rafteurs gonflent les boudins à grand coup de pompe. Casques et gilet de rigueur ! Pas de place pour l'amateurisme sur des rapides délivrant leurs doses d'adrénaline et de plaisir.


J'ai à ma disposition une voiture avec chauffeur. Le but : courir au devant des fous furieux en pleine descente, poser mon matériel photo dans l'eau glacée et faire un maximum de bonnes photos sur les sections les plus engagées. Je courre pour trouver l'endroit adéquate. Glisse le long des pentes de cailloux vers les berges et m'immerge jusqu'aux genoux avec mon matos photo. Enfin les kayaks arrivent en premier pour repérer le terrain puis c'est le tour des rafts. 6 énormes rafts avec au moins 6 personnes à bord dévallent les remous glacés. Les visages se tendent et l'attention est extrême. L'erreur interdite ! Mais le plaisir est maximum.




Dès les rafts passés, je prends le chemin inverse en me tordant les chevilles une demi-dizaines de fois puis saute dans le combi. Direction l'aval pour rattrapper les rafts en pleine prise de vitesse. A la fin de la journée, j'ai les jambes en compote et les genoux en miettes.

En fin de journée, direction The Last Resort, ilot de verdure accroché à la montagne à la frontière avec le Tibet, pour une soirée de Show Photos autour d'une bière fraiche !



Demandez un devis pour être pris en photo lors de votre descente en raft ou en Kayak sur les rivières du Népal du Sikkim ou du Boutan. Participez au Rodeo Kayak, superbe compétition qui se déroule au Népal tous les ans en Novembre. Au plaisir de vous proposer des souvenirs photo ou video de qualité avec REACH SUMMIT !!


NEPAL : Treks et politique

Par Caroline Letrange :: 09/11/2007 à 11:35 :: Situation politique

Les plus beaux itinéraires du Népal face à la situation politique !

Cette année à été particulièrement fructueuse en ce qui concerne le tourisme. L'afflux des touristes ne cesse de croître et toutes les nationalités sont maintenant représentées. L'affluence est telle qu'il est impossible de prendre de nouveaux billets d'avion pour cette destination avant plusieurs mois et changer son billet lorsque l'on est sur Kathmandou est mission impossible !



REACH SUMMIT vous assite sur les itinéraires de treks et vous renseigne sur la situation politique pour votre sécurité.

La saison se poursuit et va doucement glisser jusque décembre avant de reprendre fin mars. La situation politique est pourtant toujours en phase de flottement. Les élections qui devaient avoir lieu le 22 novembre dernier ont été reportées. Les Maoistes ont quittés l'alliance des 7 partis et font pression sur le gouvernement pour accélerer la chute du roi et instaurer de suite une république : c'est oublier que la démocratie se fait par les urnes ! Cette attitude réactionnaire des cadres du pouvoir a jeté le discrédit sur le mouvement qui avait connu une extraordinaire élan populaire en 2006.


Sur les itinéraires de treks, les membres des YCM (young communist mouvement) ont repris l'extorsion des touristes en leur demandant des « donations ». Ce mouvement en « electron libre » profite de cette distance avec les têtes pensantes pour reprendre leurs activités illégales. En 2006, les Maoistes avaient acceptés de cesser les demandes de « donations » afin de bénéficier d'une crédibilité et d'une présence au sein du pouvoir. Pour la population locale, la pression est également perceptible : donation forcée, enlèvement et assasinats de journalistes népalais.


La taxe du TCR qui avaient été imposée par le gouvernement l'année dernière a toutefois été supprimée. Mais il est recommandé, vue la situation politique, de prendre un guide, même sur les treks classés « traditionnels ».


Malgré tout, ce pays est en bonne voie pour une stabilisation. De nouvelles élections sont prévues pour Avril 2008 et devraient apporter de nouvelles dispositions dans la mise en place d'un nouveau pouvoir. L'inde et la Chine, les grands voisins, ont également leur place sur l'échiquier. La situation générale est dans la voie de la démocratie et de l'instauration d'un nouveau pouvoir. Le premier Ministre, figure politique du pays, mène depuis 2006 le pays dans la bonne direction.


CHATTEZ avec Caroline Letrange via Skype pour partager vos impressions de voyage et réserver votre prochain itinéraire. Entrez l'adresse contact@reachsummit.com dans vos contacts !!

Nous sommes proches de vous pour vous conseiller !




!!! ACHETEZ LE TSHIRT REACH SUMMIT !!!!

Par Caroline Letrange :: 11/11/2007 à 8:04 :: Vie quotidienne
Reach Summit ouvre sa communication à tous les accros du message imprimé !

Je suis heureuse de vous proposer notre nouveau TSHIRT imprimé avec notre logo. Vous pouvez le commander au prix très abordable de : 15 € grâce à un paiment sécurisé PAYPAL !

 En Français : Achetez le Tshirt directement sur notre site internet

In English : Purchase our Tshirt directly on our website



Le logo initial a été repris puis modifié pour faire apparaitre l'alpiniste en grande taille. Le Nom REACH SUMMIT s'inscrit sur le côté avec l'adresse du site web. Les impressions sont en blancs sur Tshirts de couleurs.



La couleur disponible est un très beau vert foncé et nous prévoyons d'imprimer nos tshirts en rouge carmin (foncé) ; un délai supplémentaire est à prévoir pour la livraison du tshirt en rouge.

Les Tshirts sont taillées pour les femmes et les hommes (coupes différentes) et les tailles disponibles sont 10 / 12 /14 (XS / S / M) pour les femmes et M et L pour les hommes. Le tshirt taille grand et le M est la taille la plus standard.

Nous avons choisi des Tshirts de grande qualité au grammage élevé pour vous apporter le meilleur en terme de qualité. Le procédé d'impression choisi est également de haute qualité et ne s'altère pas aux premiers lavages.

Les délais de livraison sont généralement de 15 / 20 jours en fonction de votre pays de destination. Les frais de livraison sont de 5 euros.

Merci de nous aider à communiquer sur nos voyages.
Au plaisir de vous faire partager ma passion des voyages et des ascensions en montagnes !


KILI : Arrivée à Moshi

Par Caroline Letrange :: 04/01/2008 à 11:25 :: Ascension

Rapport d'expédition du 2/01 au 10/01/2008 - Kilimandjaro, voie Machame -
Contact par SMS et téléphone
Groupe de 2 trekkeurs - FR


Nous sommes heureux de vous faire partager l'ascension du Kilimandjaro de Manuel et Sonia. Merci de faire partager cette aventure autour de vous et de suivre cette ascension via le blog de
REACH SUMMIT : www.reachsummit.com

- Retrouvez tous nos voyages sur notre site internet >

Arrivée en douceur dans cette belle contrée Africaine. Malgré les changements de vol, le voyage s'est bien déroulé et arrivée à 20:45 à Kilimanjaro Airport en Tanzanie où la situation est calme. Accueil par le guide en chef ainsi que le guide d'expédition. Premiers contacts amicaux et dernières formalités : le rêve est en marche dorénavent !

Un peu de route avant de dîner et enfin se reposer dans l'hotel de Moshi. Aujourd'hui les choses sérieuses ont commencées. Direction la Machame Gate pour l'enregistrement auprès des autorités du Parc National du Kilimanjaro et la constitution des groupes de porteurs. Première impression de nos voyageurs : Il fait très chaud ! Sur le trajet soleil est omniprésent et la pluie est inexistante. Très agréable donc.

La végétation est magnifique et les premières heures de marche dans la forêt humide régalent les yeux. Arrêt déjeuner dans la forêt. Les repas se déroulent bien et sont bons. Cela permet de prendre son temps pour adminer l'étonnante végétation luxuriante et de soulager les jambes sur ce premier tronçon. Puis nouveau départ sur une piste agréable et bien tracée. Progression facile à 2100m d'altitude envahie par l'abondante végétation de la forêt humide. Ce soir arrivée au camp 1 avant la tombée de la nuit et diner sous tente aux pieds des pentes du Kilimandjaro.

Merci de faire partager ce topo régulier et de revenir pour suivree cette expédition au Kilimandjaro, voie Machame.  Merci à toutes les équipes de REACH SUMMIT sur place qui nous permettent de mettre à jour ce topo régulier.

N'hésitez pas à poser vos commentaires ci-dessous.
A bientôt
www.reachsummit.com



KILI : Récit Machame Route

Par Caroline Letrange :: 07/01/2008 à 0:38 :: Ascension

Rapport d'expédition du 2/01 au 10/01/2008 - Kilimandjaro, voie Machame -
Contact par SMS et téléphone
Groupe de 2 trekkeurs - FR


La voie Machame est une des plus belles voies du Kilimandjaro. Campement sous tente et écosystème unique offre aux trekkeurs un décor à couper le souffle dans cette partie de la vallée du Rift. 5 niveaux de végétation permettent d'apprécier toute la diversité de ce territoire sauvage.

Découvrez tous les voyages en Asie et en Afrique de REACH SUMMIT > 
www.reachsummit.com

Le départ s'effectue à partir de la Machame Gate. Embauche des porteurs et premiers pas dans la forêt humide au milieu d'une végétation luxuriante et d'une humidité marquée. Ce premier jour d'ascension est facile, progressif et sans grande difficulté majeure. Pour nos trekkeurs, Manuel et Sonia, belle journée de marche où ils ont pu apprécier les premiers contacts avec les équipes et les paysages de toute beauté. Arrivée en fin de journée au campement aux pieds des pentes du Kilimandjaro.

Le lendemain, levé tôt et petit-déjeuner en pleine nature ; un vrai plaisir. Les heures de marche sont régulières pour permettre une meilleure acclimatation. La foret humide a complétement disparue et ce sont des paysages de landes qui s'étendent progresssivement sur l'horizon. Temps ensoleillé et chaud pour Sonia et Manuel qui profitent de cette petite saison sèche avec un temps proprice aux vues impressionnantes sur les glaciers du sommet du Kilimandjaro.

Puis redescente vers la vallée de Baranco après un passage aux abords de Lava Tower, immense colonne de lave perdue dans les nuages et les brumes d'altitude. Le perte d'altitude permet au corps de s'acclimater et aux muscles de se reposer un peu. Pour Sonia et Manuel la marche est longue mais les paysages traversés laissent nos grimpeurs sous le charme. La vallée de Barranco est un ilot de végétation de landes plongée dans les brumes. Les buissons, les lobélies et les séneçons couvrent cette magnifique vallée que nos trekkeurs ont atteints après plusieurs heures de marche. Enfin le camp apparait dans le creux de la vallée. Repos bien mérité. C'est le temps de l'acclimatation. Demain une étape importante : le passage du mur de Barranco. C'est une ancienne coulée de lave qui barre la vallée et qui se gravit lentement le long d'un sentier en zig-zag le long des roches volcaniques. Ce soir, repos et sommeil avant un départ tôt demain matin pour la vallée de Karanga.

Visitez le site de REACH SUMMIT pour découvrir nos voyages en Afrique / Nepal / Tibet / Bouthan ...
> www.reachsummit.com

Lévé tôt le matin pour admirer les premiers rayons de soleils tardifs qui plongent dans la vallée. En face du camp, le Barranco qui se franchi en quelques heures pour arriver enfin au sommet de la coulée de lave et admirer la splendeur de la vallée en contrebas. Les pentes du Kilimandjaro paraissent maintenant bien proches. Dans l'horizon, le Mont Meru est maintenant à hauteur d'yeux. Le trek se poursuit dans une succession de vallées entre montées et descentes. En fin de journée, arrivée au camp de Karanga. Sonia et Manuel commencent à sentir les jambes et un peu de fatigue mais tout va bien. Cinq litres d'eau par jour et une marche lente sur un itinéraire étudié pour favoriser l'acclimatation et se ménager pour l'ascension finale

Départ pour Barafu, le dernier camp avant le départ pour le sommet. Contact par Téléphone : "Nous sommes au camp 5, départ cette nuit à minuit pour le sommet. Nous allons très bien et sommes à 4600m d'altitude. Nuit un peu difficile mais l'excitation du sommet donne de l'énergie". La journée de marche a été prévue pour ne pas excéder les 4/5h de marche et permettre de se reposer à Barafu. Repos et sièste au programme pour le reste de l'après-midi pour économiser ses forces. La nuit sera courte. Levé à 11h pour un départ à minuit vers le sommet. Sonia et Manuel semblent très impatients de tenter enfin cette dernière étape qui les emmenera vers le sommet de l'Afrique, à Uhuru Peak. Leur guide Julias et les assistants-guide seront à leur côté pour qu'ils profitent d'une très belle ascension. Courage vous y êtes presque ... Polé, Polé (doucement en swahili) et n'oubliez pas de nous faire de belles photos de vos traits tirés :)


Visitez le site de REACH SUMMIT pour découvrir nos voyages en Afrique / Nepal / Tibet / Bouthan ...
> www.reachsummit.com


Bafaru est le dernier camp perché au sommet d'un piton rocheux en face des pentes volcaniques qui mènent au sommet du kilimandjaro. La journée de marche est lente. Le manque d'oxygène et la fatigue se font maintenant sentir. les esprits sont fébriles et l'attente est un peu plus angoissante que d'habitude : ce soir c'est le grand départ vers le sommet. Dernier repas au camp et direction la tente pour vite aller se reposer. Réveil vers 11h du soir. Un bon thé chaud, quelques biscuits. On ferme le sac à dos et le départ est donné. Il fait nuit noire. La progression se fait sous le halo des lampes frontales en direction du sommet. Le chemin monte subitement et le sentier grimpe en zig-zag le long de la pente abrupte. En levant la tête la nuit noire ne permet pas de voir les abords du volcan et les heures défilent dans une lenteur infinie. L'effort est de plus en plus dur et le corps est sollicité pour arracher les dénivelés supplémentaires qui rapporchent du sommet. On touche les 5,000 mètres d'altitude. Pour Sonia et Manuel, l'effort est important. Alors que le jour se lève à peine, nos deux grimpeurs atteignent les abords du volcan. Spectacle magnifique. Sonia a jeté toutes ces forces dans cette belle bataille et décide de rester à Stella Point pour admirer le levé de soleil. Manuel lui continue le long du cratère et rejoint au matin, après une bonne heure de marche, le point ultime : Uhuru Peak, le sommet de l'Afrique !!
Message de nos grimpeurs " Sommet pour Manuel 5,895m et Stella Point pour Sonia 5,750m. On est décalqués mais très contents !"  ... nous partageons votre bonheur !!"

Descente immédiate après le sommet vers des altitudes inférieures. Juste le temps de prendre quelques photos et la redescente se fait vers Millénium Camp pour la soirée. Une bonne nuit de repos et un bon diner concocté par le super-chef cuisto du camp. Puis le jour suivant, resdescente facile vers la foret humide et les abords du parc du Kilimandjaro. Petite fête improvisée, distribution des pourboires et des cadeaux et l'on se quitte heureux. Le retour à l'hotel permet de se jeter sous une douche bien chaude dont on commence rêver depuis quelques jours !! les muscles se relachent, la tension retombe ... c'est le plaisir et la satisfaction qui prennent le relais.

Félicitations à nos deux grimpeurs. Demain, ils repartiront avec leur certificat d'ascension en main !! Les équipes de REACH SUMMIT ont été heureuses de vous accompagner et de vous suivre sur ce bel itinéraire.


Visitez le site de REACH SUMMIT pour découvrir nos voyages en Afrique / Nepal / Tibet / Bouthan ...
> www.reachsummit.com

-------------------------------------
suite de l'itinéraire sur cette page ; merci de revenir pour le bulletin d'expédition de notre groupe pour un suivi de l'expédition ...
-------------------------------------

KILI : Suivi d'expédition

Par Caroline Letrange :: 10/02/2008 à 19:32 :: Ascension

Retrouvez notre nouveau site dédié exclusivement au suivi des expéditions pour les groupes qui le souhaitent.


Connectez-vous à :
http://reachsummit.blogspot.com/

Suivi des jours de treks ou d'ascension et possibilité des laisser vos messages.
A tout de suite sur BlogSpot !

NEPAL : Quel trek choisir?

Par Caroline Letrange :: 09/07/2008 à 23:06 :: DERNIERES NEWS
---------------------------------------
De très beaux treks sur www.reachsummit.com >
---------------------------------------

Amis trekkeurs,

Je suis heureuse de vous accueillir à partir pour vos treks et vos ascensions à partir de Kathmandu au Népal. Je suis à Kathmandu pour les saisons de trek dans cette belle région des Himalayas. Vous pouvez consulter les voyages sur le site pour découvrir nos itinéraires en Asie et en Afrique.

La saison au Kilimandjaro bat son plein de Juillet à décembre avec une ascension pour SPECIAL NOUVEL AN!. Les treks au Népal, Tibet, Sikkim, Inde et Bouthan commencent à partir de septembre avec le retour de la saison sèche. Treks à l'Everest et dans les vallées du Khumbu et des Annapurna sont au planning pour cette belle saison qui s'annonce.

Le Tibet est ouvert aux touristes pour notre plus grand plaisir, visitez le Lhasa et l'ancien Palais du Dalai Lama. Les itinéraires sur les sommets de plus de 8000m (Mt Everest expédition) sont maintenant accessibles à nos amis grimpeurs qui avaient réservés une ascension sur ces itinéraires. Le très beau trek au mont Kailash, la montagne sacrée, est également remis à l'ordre du jour. Que des beaux itnéraires donc !

Si vous avez des projets de treks, je vous accueille avec plaisir à Kathmandu pour un brief personnalisé avant de profiter de vos vacances. Continuez à poser vos questions et vos commentaires sur le blog.

A très bientôt


NEPAL : La nouvelle république

Par Caroline Letrange :: 01/08/2008 à 19:21 :: Vie quotidienne
-------------------------------------------------------
Le site des voyages d'exception :
www.reachsummit.com
-------------------------------------------------------

Départ de Londres pour Kathmandu avec une escale à Doha. Vol avec Qatar Airways, partenaire de Reach Summit, pour un vol d'environ 2 fois 6 heures. L'aéroport de Doha s'est agrandi et accueille désormais les passagers en transit dans un tout nouveau site. Lounge, Business center, aire de jeux pour les enfants et restaurant sont ouverts pour une attente dans un cadre magnifique.

Kathmandu en cette saison vous attends sous la pluie et des températures un peu étouffantes. Il fait envrion 27° / 30° C dans la journée et la pluie s'invite vers les 4 heures de l'après-midi. C'est encore la saison des pluies et la période de la mousson. Malgré tout, l''effervescence est toujours au rendez-vous. Petites échoppes, restaurants et bars attendent le trekkeur avec impatiences pour faire marcher les affaires. Nouveauté cette année, le pays est désormais une République. La révolution de 2006, la nouvelle constitution de 2007 et la récente élection du nouveau président, le Dr Ram Baran Yadav, font partie des changements majeurs que connait le pays après plus de 10 ans de guerre avec les Maoistes.   

Malgré tout, dans la vie de tous les jours, peu de changements. Le visa a légèrement augmenté passant de 30$ à 40$ pour un séjour de 30 jours. Le rationnement d'essence du à l'augmentation du prix du pétrole fait varier le prix de la course en taxi. Rien de commun. Pas de chamboulements majeurs donc.

Les parcours de treks connaissent une affluence particulière cette année. La fermeture du Tibet durant plusieurs mois y est peu être pour quelque chose. La saison commence généralement à la mi-septembre mais les rues de Thamel sont déjà remplies de touristes. Septembre promet d'être animé !

Retrouvez nos voyages sur notre site internet >

Copyright © REACHSUMMIT - Blog créé avec ZeBlog