REACHSUMMIT

http://reachsummit.zeblog.com/

Caroline Letrange

Caroline Letrange Sanglez vos sacs pour partir avec moi sur les sommets de l'Himalaya et du Kilimandjaro ! Népal, Tibet, Inde, Bouthan, Mustang, Kilimandjaro ... destination les régions parmi les plus envoûtantes du monde !

Tous les Articles

Derniers Articles à lire !

Liens Photos

Everest Tibet
Everest - Tibet
-------------------
Kilimandjaro
Kilimandjaro - Afrique
-------------------
Cho Oyu
Cho Oyu & Co - Himalaya
-------------------
nepal trek
Pashupatinath - Népal
-------------------

Compteurs

Articles classés par Catégories

Fils RSS

Meteo/Weather

Click for Kathmandu, Nepal Forecast

Click for Kilimanjaro, Tanzania Forecast

Click for Lhasa, Tibet Forecast

Référencement

KILI : 5895m et tous en haut

Par Caroline Letrange :: 18/06/2007 à 3:38 :: Ascension

Voir un merveilleux levé de soleil au sommet de l'Afrique, rien de tel pour rendre la vie plus belle !!


7 jours de trek en altitude et d'ascension pour rejoindre Uhuru Peak (Pic de la Liberté) à 5895 m. d'altitude sur le plus haut volcan d'Afrique.

Le Kilimandjaro est une montagne particulière car c'est un strato-volcan, c'est à dire un volcan composé de strates de lave et autres composants volcaniques, qui offre à vos yeux le magnifique spectacle de 5 types de végétations différentes. Départ le 6 février 2007 en fin de matinée de la Machame Gate pour s'engouffrer dans la forêt humide. Le trek commence doucement au coeur d'une extraordinaire et spectaculaire forêt tropicale où de nombreuses espèces endémiques s'y développent.

L'air est saturé d'humidité et les plantes épiphytes se développent sans contraintes sur les arbres qui s'étendent vers le ciel et tamisent la lumière du jour. Le spectacle est grandiose, même si en milieu de journée nous sommes rattrappés par un énorme orage et des pluies diluviennes qui nous trempent jusqu'aux os. En fin de journée le Camp 1 est installé et le soleil, à peine résurgit des nuages, file se refugier derrière le Mont Meru à l'ouest.

Reveil sous un soleil radieux et une vue imprenable sur le flanc ouest du Kilimandjaro dont la glace scintille sous les rayons  du soleil levant. Le petit déjeuner est servi en plein air et les tentes se démontent doucement dans une joyeuse bonne humeur. Le départ est donné pour une journée de marche "Pole Pole" (doucement, doucement) vers le plateau de Shira. La végétation est une steppe plus aride composée de buissons touffus et d'herbes hautes. Le chemin se perd dans un dédale de roches recouvertes de mousses luxuriantes et d'arbres exubérants. Puis nous bifurquons vers une vallée plongée dans une brume violette qui enrobe les buissons odorants d'où surgissent les teintes pourpres et laiteuses des Helichrysum ou fleurs Immortelles. En milieu d'après-midi, nous voilà arrivés sur la plateau de Shira plongé dans une brume épaisse. Le paysage se noie dans un voile blanc. Déjeuner et Repos pour le reste de la journée. Vers 18h, dès le retour du soleil, petite balade en direction de Shira Hut pour découvrir un merveilleux ballet de couleurs chaudes et de nuages langoureux  qui accompagnent le lent coucher du soleil sur la vallée.

Nuit fraîche et un peu de gel au matin, mais à cette époque de l'année (petite saison des pluies), les températures sont agréables et propices à une bonne récupération après chaque journée de marche. Petit déjeuner à l'ombre de la Western Breach, la partie affaissée du volcan qui brille de tous ses feux. Au loin, plongé dans un linceul de brume matinale, émerge les roches brunâtres du Mont Meru qui nous fait face. Départ à 8h30.

Nous marchons en file indienne vers Lava Tower en direction de la Valley de Baranco, notre prochaine étape. Le soleil est radieux. La marche facile et quasi sans effort. Les porteurs nous croisent avec une indéfectible bonne humeur et les contours du volcan couverts de neige se dessinent sous un ciel invariablement bleu. Quelle merveilleuse journée. En fin de matinée, nous approchons de Lava Tower pour une déjeuner à l'abri des vents furieux qui mugissent autour de nous et des nuages qui rampent doucement de la vallée vers les hauteurs glacées. Les pentes du volcans se cachent lentement derrière une longue écharpe grise de nuages avant que nous ne repartions. La terre brune et les rocailles ont dorénavent recouverts la terre jusqu'au bout de la vallée. Seuls les mousses indolentes accorchées sur leurs roches de lave résistent à un climat de plus en plus hostile. La brume nous accompagnent tout au long du chemin et transforme les silouhettes en de drôles de fantomes mouvants aux contours incertains disparaissant parfois au détours d'un lacet.

Enfin nous atteignons la splendide Vallée de Baranco. La végétation y est ici à son aise. Seneçons centenaires, buissons odorants et autres lobélies y coulent des jours paisibles aux pieds des neiges éternelles. Fin d'après-midi de repos au milieu d'une végétation d'une unique diversité. Nuit calme et légèrement fraîche.

Au matin, le camp est en effervescence : nous devons passer avec tout le matériel le mur de Barranco qui nous fait face. 300 mètres d'escalade le long d'un mur de lave. Les porteurs s'y lancent les paquetages en équilibre sur leurs têtes et la sueur dégoulinant le long de leurs visages. Les chaussures sont rudimentaires, voires inadaptées, les charges volumineuses et l'attention toujours au aguêts. Cette ascension n'est pas compliqué mais requière toute l'attention nécessaire pour ne pas entraver l'avancée des porteurs, nombreux, et les faux pas sont toujours possibles. En haut, le spectacle est de toute beauté. La vallée s'ouvre sur un horizon qui vibre sous les rayons du soleil matinal. A l'opposé les pentes du Kilimandjaro brillent de mille feux sous les rayons éclatants.

Nous redescendons vers la vallée en direction du camp de karanga dans la vallée du même nom. Le soleil nous rechauffe et le chemin serpente entre les pierres brunes et noires qui s'étendent à perte de vue. Nous traversons les différentes vallées pour aboutir enfin à Karanga où les tentes sont éparpillées au milieu d'une brume qui vient de prendre possession des lieux. Fin de journée calme autour d'un bon thé chaud et de quelques biscuits. Avant de nous glisser sous la tente, nous admirons le spectacle enchanteur d'un ciel couvert d'étoiles. En bas, dans la vallée, les lumières diaphanes de Moshi, la ville en contrebas, scintillent dans la nuit.

Dès le levé du jour, nous nous dirigeons vers le Camp de Barafu. L'altitude grimpe. Le souffle est plus court. Le pas plus lent. Mais le soleil nous accompagne encore sur cette portion de trajet poussièreux. Dès la fin de la matinée, les premières équipes atteingent le camp juché sur son perchoir de roches. Il y fait gris. Le vent courre le long de la roche. Il y fait froid. Dès les premières heures de l'après-midi, une pluie de grésil s'abat sur nous et nous contraint à un replis dans nos tentes. Repos et musique dans les oreilles avant la nuit qui nous attend. Repas du soir tranquille à l'ombre d'une lune qui scintille au milieu des derniers nuages d'altitude. Ambiance un peu plus lourde qu'à l'accoutumé ; ce soir nous partons à l'assaut du volcan !

Minuit. C'est le départ. effervesce quasi-silencieuse dans le camp. Boisson chaude et biscuits avant de sangler les sacs à dos et de nous engouffrer dans la nuit noire. Marche lente et presque automatique. Les lampes frontales glissent leur halo le long du chemin piétinné par des milliers de marcheurs sur cette voie en direction de Stella Point, au bord du cratère du volcan. Il commence à faire froid. Le souffle se fait plus court. La respiration plus profonde. La tête tourne parfois.

Nous croisons quelques rescapés malchanceux qui, le visage bouffi et rouge, ont expérimentés les effets d'un début d'oedème lié à l'altitude. En levant la tête l'on aperçoit le long fil des petites lumières scintillantes des frontales qui courrent le long de la pente. En haut, la délivrance, Stella Point que nous devons atteindre dès les premières lueurs du jour. Nous nous arrêtons peu. Les défaillances sont bénines et les corps se remettent vites dès que les liquides chauds et les barres énergisantes sont avalés. Stella Point se dessine enfin. Un cratère couvert de neige s'ouvre devant nous. Au loin, plus à l'est, le soleil lance ses rayons de lumière derrière le Mawenzi, autre volcan ancien, et embrase le ciel de teintes cramoisies. L'aube rouge se lève doucement lorsque nous atteignons Uhuru Peak, le sommet tant convoité.

La descente est rapide mais exténuante. La pente descent quasi en ligne droite vers Barafu où nous nous arrêterons avant de reprendre notre descente le long de la Mweka Route. Le soleil est encore au rendez-vous et nous rechauffe doucement au fur et à mesure que nous perdons de l'altitude. Arrêt avnt la forêt humide pour une nuit de repos bien mérité. Le soir, l'ambiance est à l'euphorie. Succès total pour tous. Le sommet a ravi nos yeux et nos sens. Quelle merveilleuse montagne. Quelle incroyable expérience. Unique. Qui marque une vie ... un des grimpeurs a fêté ses 50 ans au sommet !! Joyeux anniversaire vu des hauteurs glacées de l'Afrique !!

Le lendemain nous traversons une nouvelle fois cette extraordinaire forêt humide qui nous englouti de sa végétation luxuriante. Les souvenirs envahissent ma tête. Les émotions et les sensations me submergent. Quelle magnifique ascension. Quelle merveilleuse expérience !!

Inscriptions pour le Kilimandjaro ouverte; Réservez votre place dès maintenant: trek d'altitude sur REACHSUMMIT



Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://reachsummit.zeblog.com/trackback.php?e_id=219139
Copyright © REACHSUMMIT - Blog créé avec ZeBlog