REACHSUMMIT

http://reachsummit.zeblog.com/

Caroline Letrange

Caroline Letrange Sanglez vos sacs pour partir avec moi sur les sommets de l'Himalaya et du Kilimandjaro ! Népal, Tibet, Inde, Bouthan, Mustang, Kilimandjaro ... destination les régions parmi les plus envoûtantes du monde !

Tous les Articles

Derniers Articles à lire !

Liens Photos

Everest Tibet
Everest - Tibet
-------------------
Kilimandjaro
Kilimandjaro - Afrique
-------------------
Cho Oyu
Cho Oyu & Co - Himalaya
-------------------
nepal trek
Pashupatinath - Népal
-------------------

Compteurs

Articles classés par Catégories

Fils RSS

Meteo/Weather

Click for Kathmandu, Nepal Forecast

Click for Kilimanjaro, Tanzania Forecast

Click for Lhasa, Tibet Forecast

Référencement

NEPAL : Retour de l'Everest !

Par Caroline Letrange :: 02/06/2007 à 0:18 :: Ascension
Need translation ? get here !

L'everest, montagne mythique qui attire des centaines de grimpeurs tous les ans. Cette année retour d'une cliente alpiniste française ayant tenté le sommet par la voie Sud.
  • Retour d'expédition
Fin mai 2007, après environ 2 mois de trek, d'acclimatation puis d'ascension, retour d'une cliente de l'Everest par la voie Sud ... heureuse, même si le sommet n'a pas été au rendez-vous avec un beau 8480m en poche ! Bravo et félicitations !
Récit d'ascension bientôt.



Inscriptions ouvertes pour l'ascension de l'Everest en FULL SERVICE: www.reachsummmit.com
  • Un petit mot sur l'Everet :

Située sur la frontière entre le Népal et le Tibet, l'Everest (aussi appelé Qomolangma* / Sagarmatha / Chomolungma - * Le Q se prononce CH) est la plus haute montagne du monde avec ses 8850m d'altitude. C'est en 1865 que l'Everest prend son nom actuel en référence au controleur général des Indes, Sir Everest. C'est en 1852 qu'un mathématicien Indien détermina la hauteur de L'Everest et pris l'appellaton de "Pic XV".

2 routes principales mènent au sommet :

- La voie Nord, par le Tibet en traversant la vallé du Rongbuk

- La voie Sud, par le Népal en traversant la vallée du Khumbu
Par cette voie vous traversez parmi les plus beaux paysages du Népal en passant par la célèbre capitale des Sherpa, Namche Bazaar. C'est par cette voir que Edmund Hillary et Tenzing Norgay atteignirent le sommet en 1953. Pour arriver jusqu'au camp de base, 2 voies principales peuvent être prises. La première via un attérissage dans le petit village de Lukla par avion ou en trek à partir du village de Jiri pour un très beau trek d'acclimatation.

L'acclimatation est longue mais nécessaire pour donner au corps le temps de s'habituer à l'altitude et au manque d'oxygène. Les deux voies sont très différentes de part les paysages traversés ; le Népal bénéficie de la mousson et donc de paysages plus verdoyants. Le Tibet, quant à lui, situé au Nord de la chaîne himalayenne ne reçoit que très peu de pluies, les paysages sont plus arides et plus exposés aux vents ... mais gardent un charme sauvage à couper le souffle !

Vous inscrire pour un trek ? www.reachsummit.com

KILI : Prêt pour le kilimandjaro ?

Par Caroline Letrange :: 17/06/2007 à 1:11 :: Ascension
Need translation ? get here !

Le kilimandjaro est un fabuleux volcan qui peut être gravi quasiment toute l'année. Toutefois, mieux vaut partir durant les deux principales saisons sèches pour s'assurer moins de nuages, moins de précipitations et moins de neige. Voilà quelques bons plans pour préparer son voyage ... et s'assurer le sommet !


Le sommet du Kilimanjaro à l'aube, une vue imprenable sur l'Afrique !
  • Quand Partir ?
Le kilimandjaro offre une grande souplesse dans les dates d'ascension car il n'y a pas de moussons ou de fenêtre météo qui oblige les grimpeurs à "se jeter" sur les hauteurs dans des temps extrêmement limités.

Dans les faits, vous avez deux saisons sèches :
  1. La grande saison sèche entre juin et début octobre qui vous permet de profiter de moins de précipitations et d'apercevoir le sommet. Cette période est également très profitable lorsque vous traversez la foret humide sans "patauger" dans la boue ou endurer les pluies de la journée.
  2. La petite saison sèche qui va de mi janvier à fin février. Cette période est plus courte mais tout aussi agréable. Les nuits y sont moins froides mais les précipitations peuvent être plus fréquentes dans la journée. Il peut également neiger au sommet, parfait pour les photos, mais parfois les chutes de températures sont impressionnantes et le vent peut en faire renoncer plus d'un.
Les deux périodes se valent et vous permettent d'apprécier un très beau parcours. Le "plus" de la période estivale c'est que l'on peut emmener toute la famille et varier les plaisirs entre safaris et ecotourisme pour maman et les enfants et ascension pour papa !

  • J'habite en ville, je passe 10h par jour avec mon ordi préféré et le Week-end je déjeune avec belle-maman ... Comment m'entrainer ?

Même si techniquement le Kilimandjaro n'est pas compliqué, l'altitude et donc le mal des montagnes ne sont pas à négliger. Il est donc tout a fait recommandé de s'entrainer avant d'atteindre les 5895 mètres.

- Le souffle : vous aurez plusieurs de marche consécutives durant plusieurs jours de suite. REACH SUMMIT prévoit 7 jours de marche au lieu de 5 ou 6 sur la voie Machame pour vous assurer une bonne acclimatation et accroitre considérablement vos chances de réussite. La course à pied est le meilleur moyen de développer son souffle et sa capacité pulmonaire. Le tranfert d'oxgygène dans le sang n'en sera que meilleur pour lutter contre l'essoufflement et prévenir le mal des montagnes. Courir sur le long terme pour parfaire l'endurance sans forcer et en surveillant son rythme cardiaque. Surtout ne pas forcer, c'est sur la longueur qu'il faut travailler.

- Les muscles : quelques scéances pour muscler les cuisses et renforcer les tendons n'est pas de trop. Les genoux souffrent un peu à la descente, il faut donc les ménager. Je recommade de mettre des genouillères si vous avez des genoux un peu fragiles ou douloureux. La descente se fait dans la foulée d'une nuit de grimpe qui a précédé une journée de marche et les jambes sont très sollicitées.

- Marcher doucement durant votre trek : c'est la partie la plus importante. Les journées vous sembleront faciles sur certaines parties du trajet, n'en profitez pas pour accélérer. Laisser à votre corps le temps de s'acclimater, de s'habituer à l'altitude et à la raréfaction de l'oxygène. Il faut impérativement s'économiser pour la partie finale qui sollicitera toute votre énergie.

- Médication ? restez simple, les vitamines sont votre meilleur allié. Un bon complément vitaminique, 1000 mg de vitamine C / jour et un dynamisant naturels sont largement suffisant et permettent de combler les coups de fatigue. Pour l'altitude, de l'aspirine et boire beaucoup, minimum 3/4 litres par jour. Prenez de la soupe, du thé, de l'eau ... ingérez du liquide !

A EVITER : Je ne recommande pas les médicaments ; ils vont souvent cacher les premiers signes du mal d'altitude. Lorsque le Mal des Montagnes frappe, c'est souvent sérieux et trop tard pour traiter (perte d'appétit, gonflement impressionnant de la face, refus de marcher et/ou oedème)  ...  l'oedème pulmonaire et cérébral ne sont pas des mythes ; vous êtes à près de 6000 mètres !

La solution donc, une petite 1h de gym apès le travail avec un "Auto Reply" (réponse automatique) à vos mails après 19h, "je ne peux vous répondre, je suis en entrainement Kili !" et courir avec le chien après le déjeuner dominical.

  • Quelle route privilégier ?
Le parc national du Kilimandjaro est magnifique et la végétation traversée est à couper le souffle. Vous passez de la forêt humide, à la steppe d'altitude avant d'atteindre le désert de roches.

- La voie Marangu : la "Coca Cola" Route,  la plus prisée par les touristes. Couchage dans des refuges.

- La voie Machame : plus à l'ouest, elle est plus sauvage et convient mieux aux amoureux des grands espaces sauvages. Couchage sous tente.

- La voie Lemosho en passant par "Shira Plateau" : la plus à l'ouest, elle est la plus longue mais aussi l'une des plus sauvages et étonnante par les paysages traversés. Les bons marcheurs et ceux qui veulent éviter les longues files de trekkeurs, préféreront cette voie peu parcourue. REACH SUMMIT prevoit cette voie avec un voyag de 10 jours avec des produits frais pour profiter d'une alimentation équilibrée et savoureuse pendant cette longue marche. Couchage sous tente.

D'autres voies sont également pratiquables, au sud la Umbwe et la Rongaï au nord sont également à prendre en compte pour diversifier les trajets.


Levé de soleil sur la vallée et petit-déjeuner en plein air sur le plateau de Shira !

- La voie Mweka : cette voie très au sud est uniquement réservée à la descente ; 3 jours suffisaient pour faire l'ascension mais la recrudescence des oedèmes et des décès ont incités les autorités à la fermer à la montée.

  • Le Kilimandjaro, c'est cher !
Les prix varient effectivement. Toutefois le parc est un patrimoine protégé inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. La recrudescense des touristes a inciter les autorités à instaurer une taxe d'entrée de USD$ 650 payable avant de se lancer sur les pistes. REACHSUMMIT inclue les taxes des parcs et de secours dans tous ses prix pour l'ascension.


Passage délicat du mur de Barranco par les équipes de porteurs

Les pourboires et le don de matériel sont également vivement recommandés. Les équipes locales vivent du tourisme et sont souvent loin de leur famille pendant plusieurs jours pendant l'ascension, pensez à prendre des dollars pour le pourboire des équipes effectué à la Mweka Gate le dernier jour de votre ascension.

  • Qu'en est-il des visa ?
Vous pouvez prendre vos visas directement dans votre pays d'origine ou directement à l'aéroport dès votre arrivée. Si vous arrivez et repartez par le Kenya une taxe d'environ 20 USD$ vous sera réclamée à chaque passage.

-----------
J'espère avoir répondu à toutes les questions qui me sont régulièrement posées pour cette très belle ascension. Nhésitez pas à faire évoluer cette rubrique en posant vos questions directement sur le Blog. Au plaisir de partager avec vous des expériences de montagne et faire que votre ascension soit un succès.

Découvrir nos offres à petits prix pour gravir le Kilimandjaro, www.reachsummit.com

KILI : 5895m et tous en haut

Par Caroline Letrange :: 18/06/2007 à 3:38 :: Ascension

Voir un merveilleux levé de soleil au sommet de l'Afrique, rien de tel pour rendre la vie plus belle !!


7 jours de trek en altitude et d'ascension pour rejoindre Uhuru Peak (Pic de la Liberté) à 5895 m. d'altitude sur le plus haut volcan d'Afrique.

Le Kilimandjaro est une montagne particulière car c'est un strato-volcan, c'est à dire un volcan composé de strates de lave et autres composants volcaniques, qui offre à vos yeux le magnifique spectacle de 5 types de végétations différentes. Départ le 6 février 2007 en fin de matinée de la Machame Gate pour s'engouffrer dans la forêt humide. Le trek commence doucement au coeur d'une extraordinaire et spectaculaire forêt tropicale où de nombreuses espèces endémiques s'y développent.

L'air est saturé d'humidité et les plantes épiphytes se développent sans contraintes sur les arbres qui s'étendent vers le ciel et tamisent la lumière du jour. Le spectacle est grandiose, même si en milieu de journée nous sommes rattrappés par un énorme orage et des pluies diluviennes qui nous trempent jusqu'aux os. En fin de journée le Camp 1 est installé et le soleil, à peine résurgit des nuages, file se refugier derrière le Mont Meru à l'ouest.

Reveil sous un soleil radieux et une vue imprenable sur le flanc ouest du Kilimandjaro dont la glace scintille sous les rayons  du soleil levant. Le petit déjeuner est servi en plein air et les tentes se démontent doucement dans une joyeuse bonne humeur. Le départ est donné pour une journée de marche "Pole Pole" (doucement, doucement) vers le plateau de Shira. La végétation est une steppe plus aride composée de buissons touffus et d'herbes hautes. Le chemin se perd dans un dédale de roches recouvertes de mousses luxuriantes et d'arbres exubérants. Puis nous bifurquons vers une vallée plongée dans une brume violette qui enrobe les buissons odorants d'où surgissent les teintes pourpres et laiteuses des Helichrysum ou fleurs Immortelles. En milieu d'après-midi, nous voilà arrivés sur la plateau de Shira plongé dans une brume épaisse. Le paysage se noie dans un voile blanc. Déjeuner et Repos pour le reste de la journée. Vers 18h, dès le retour du soleil, petite balade en direction de Shira Hut pour découvrir un merveilleux ballet de couleurs chaudes et de nuages langoureux  qui accompagnent le lent coucher du soleil sur la vallée.

Nuit fraîche et un peu de gel au matin, mais à cette époque de l'année (petite saison des pluies), les températures sont agréables et propices à une bonne récupération après chaque journée de marche. Petit déjeuner à l'ombre de la Western Breach, la partie affaissée du volcan qui brille de tous ses feux. Au loin, plongé dans un linceul de brume matinale, émerge les roches brunâtres du Mont Meru qui nous fait face. Départ à 8h30.

Nous marchons en file indienne vers Lava Tower en direction de la Valley de Baranco, notre prochaine étape. Le soleil est radieux. La marche facile et quasi sans effort. Les porteurs nous croisent avec une indéfectible bonne humeur et les contours du volcan couverts de neige se dessinent sous un ciel invariablement bleu. Quelle merveilleuse journée. En fin de matinée, nous approchons de Lava Tower pour une déjeuner à l'abri des vents furieux qui mugissent autour de nous et des nuages qui rampent doucement de la vallée vers les hauteurs glacées. Les pentes du volcans se cachent lentement derrière une longue écharpe grise de nuages avant que nous ne repartions. La terre brune et les rocailles ont dorénavent recouverts la terre jusqu'au bout de la vallée. Seuls les mousses indolentes accorchées sur leurs roches de lave résistent à un climat de plus en plus hostile. La brume nous accompagnent tout au long du chemin et transforme les silouhettes en de drôles de fantomes mouvants aux contours incertains disparaissant parfois au détours d'un lacet.

Enfin nous atteignons la splendide Vallée de Baranco. La végétation y est ici à son aise. Seneçons centenaires, buissons odorants et autres lobélies y coulent des jours paisibles aux pieds des neiges éternelles. Fin d'après-midi de repos au milieu d'une végétation d'une unique diversité. Nuit calme et légèrement fraîche.

Au matin, le camp est en effervescence : nous devons passer avec tout le matériel le mur de Barranco qui nous fait face. 300 mètres d'escalade le long d'un mur de lave. Les porteurs s'y lancent les paquetages en équilibre sur leurs têtes et la sueur dégoulinant le long de leurs visages. Les chaussures sont rudimentaires, voires inadaptées, les charges volumineuses et l'attention toujours au aguêts. Cette ascension n'est pas compliqué mais requière toute l'attention nécessaire pour ne pas entraver l'avancée des porteurs, nombreux, et les faux pas sont toujours possibles. En haut, le spectacle est de toute beauté. La vallée s'ouvre sur un horizon qui vibre sous les rayons du soleil matinal. A l'opposé les pentes du Kilimandjaro brillent de mille feux sous les rayons éclatants.

Nous redescendons vers la vallée en direction du camp de karanga dans la vallée du même nom. Le soleil nous rechauffe et le chemin serpente entre les pierres brunes et noires qui s'étendent à perte de vue. Nous traversons les différentes vallées pour aboutir enfin à Karanga où les tentes sont éparpillées au milieu d'une brume qui vient de prendre possession des lieux. Fin de journée calme autour d'un bon thé chaud et de quelques biscuits. Avant de nous glisser sous la tente, nous admirons le spectacle enchanteur d'un ciel couvert d'étoiles. En bas, dans la vallée, les lumières diaphanes de Moshi, la ville en contrebas, scintillent dans la nuit.

Dès le levé du jour, nous nous dirigeons vers le Camp de Barafu. L'altitude grimpe. Le souffle est plus court. Le pas plus lent. Mais le soleil nous accompagne encore sur cette portion de trajet poussièreux. Dès la fin de la matinée, les premières équipes atteingent le camp juché sur son perchoir de roches. Il y fait gris. Le vent courre le long de la roche. Il y fait froid. Dès les premières heures de l'après-midi, une pluie de grésil s'abat sur nous et nous contraint à un replis dans nos tentes. Repos et musique dans les oreilles avant la nuit qui nous attend. Repas du soir tranquille à l'ombre d'une lune qui scintille au milieu des derniers nuages d'altitude. Ambiance un peu plus lourde qu'à l'accoutumé ; ce soir nous partons à l'assaut du volcan !

Minuit. C'est le départ. effervesce quasi-silencieuse dans le camp. Boisson chaude et biscuits avant de sangler les sacs à dos et de nous engouffrer dans la nuit noire. Marche lente et presque automatique. Les lampes frontales glissent leur halo le long du chemin piétinné par des milliers de marcheurs sur cette voie en direction de Stella Point, au bord du cratère du volcan. Il commence à faire froid. Le souffle se fait plus court. La respiration plus profonde. La tête tourne parfois.

Nous croisons quelques rescapés malchanceux qui, le visage bouffi et rouge, ont expérimentés les effets d'un début d'oedème lié à l'altitude. En levant la tête l'on aperçoit le long fil des petites lumières scintillantes des frontales qui courrent le long de la pente. En haut, la délivrance, Stella Point que nous devons atteindre dès les premières lueurs du jour. Nous nous arrêtons peu. Les défaillances sont bénines et les corps se remettent vites dès que les liquides chauds et les barres énergisantes sont avalés. Stella Point se dessine enfin. Un cratère couvert de neige s'ouvre devant nous. Au loin, plus à l'est, le soleil lance ses rayons de lumière derrière le Mawenzi, autre volcan ancien, et embrase le ciel de teintes cramoisies. L'aube rouge se lève doucement lorsque nous atteignons Uhuru Peak, le sommet tant convoité.

La descente est rapide mais exténuante. La pente descent quasi en ligne droite vers Barafu où nous nous arrêterons avant de reprendre notre descente le long de la Mweka Route. Le soleil est encore au rendez-vous et nous rechauffe doucement au fur et à mesure que nous perdons de l'altitude. Arrêt avnt la forêt humide pour une nuit de repos bien mérité. Le soir, l'ambiance est à l'euphorie. Succès total pour tous. Le sommet a ravi nos yeux et nos sens. Quelle merveilleuse montagne. Quelle incroyable expérience. Unique. Qui marque une vie ... un des grimpeurs a fêté ses 50 ans au sommet !! Joyeux anniversaire vu des hauteurs glacées de l'Afrique !!

Le lendemain nous traversons une nouvelle fois cette extraordinaire forêt humide qui nous englouti de sa végétation luxuriante. Les souvenirs envahissent ma tête. Les émotions et les sensations me submergent. Quelle magnifique ascension. Quelle merveilleuse expérience !!

Inscriptions pour le Kilimandjaro ouverte; Réservez votre place dès maintenant: trek d'altitude sur REACHSUMMIT



TREK : Mal des Montagnes

Par Caroline Letrange :: 27/06/2007 à 4:24 :: Ascension

Vous partez en montagne ?

Maux de crâne, perte d'appétit, quelques vomissements par-ci par-là ? Si vous partez en altitude, ne cherchez plus, vous avez le mal des montagnes !

Dès 3000 mètres d'altitude, et même si votre condition physique est parfaite, ce mal peut rapidement évoluer vers un œdème cérébral ou pulmonaire. Les premiers symptômes sont les maux de tête, une très grande fatigue inhabituelle, une perte d’appétit et des insomnies répétées. Plus vous montez, plus les symptômes s'accentuent. Vous pouvez également avoir une rétention d’urine, un essoufflement, même au repos, et les maux de tête résistant à l’aspirine ou au paracétamol. Enfin, la survenance de vomissements, une fatigue extrême, voire des troubles du comportement indiquent qu'il est urgent de redescendre.

Pour l'œdème pulmonaire : essoufflement anormal à l’effort, une fatigue extrême, une toux sèche et difficile à controler avec, parfois, des crachats mousseux et un fort essoufflement au repos. Là vous devez impérativement descendre.

Ainsi si vous partez au dessus de 4000 mètres et surtout si vous envisagez de vous attaquer aux sommets himalayens de plus de 8000 mètres, il vous faudra :

- Faire une ascension lente
- S’hydrater, jusque 8 litres par jour en Himalaya sur les plus hauts sommets
- Si les symptômes du mal des montagnes surviennent, arrêtez votre ascension et si les symptômes persistent ou empirent, redescendez au plus vite.

Avant de partir, faites donc un test d'effort, un bilan cardiaque et médical. Certains médicaments permettent de prévenir le mal des montagnes, le Diamox essentiellement, mais c'est un diurétique donc des complications peuvent, en fonction de vos antécédents médicaux, survenir. L'aspirine est le meilleur ami du mal de tête mais il ne faut pas non plus en abuser !

La meilleure chose est de bien vous entraîner avant de partir : Course à pied, piscine, vélo ... tous les sports qui font travailler votre rythme cardiaque et votre souffle. Travaillez l'endurance, donc des sports qui privilégient l'effort sur une longue durée. Evitez des sports "violents" pour le coeur (tennis, squash, foot ...) et apprenez à respirer sans vous essoufler.
Et lorsque vous êtes en trek ou en ascension, marchez doucement !!

Votre trek sur mesure en Himalaya dans la vallée du Kumbu ? Mera Peak + Island Peak ...


KILI : Arrivée à Moshi

Par Caroline Letrange :: 04/01/2008 à 11:25 :: Ascension

Rapport d'expédition du 2/01 au 10/01/2008 - Kilimandjaro, voie Machame -
Contact par SMS et téléphone
Groupe de 2 trekkeurs - FR


Nous sommes heureux de vous faire partager l'ascension du Kilimandjaro de Manuel et Sonia. Merci de faire partager cette aventure autour de vous et de suivre cette ascension via le blog de
REACH SUMMIT : www.reachsummit.com

- Retrouvez tous nos voyages sur notre site internet >

Arrivée en douceur dans cette belle contrée Africaine. Malgré les changements de vol, le voyage s'est bien déroulé et arrivée à 20:45 à Kilimanjaro Airport en Tanzanie où la situation est calme. Accueil par le guide en chef ainsi que le guide d'expédition. Premiers contacts amicaux et dernières formalités : le rêve est en marche dorénavent !

Un peu de route avant de dîner et enfin se reposer dans l'hotel de Moshi. Aujourd'hui les choses sérieuses ont commencées. Direction la Machame Gate pour l'enregistrement auprès des autorités du Parc National du Kilimanjaro et la constitution des groupes de porteurs. Première impression de nos voyageurs : Il fait très chaud ! Sur le trajet soleil est omniprésent et la pluie est inexistante. Très agréable donc.

La végétation est magnifique et les premières heures de marche dans la forêt humide régalent les yeux. Arrêt déjeuner dans la forêt. Les repas se déroulent bien et sont bons. Cela permet de prendre son temps pour adminer l'étonnante végétation luxuriante et de soulager les jambes sur ce premier tronçon. Puis nouveau départ sur une piste agréable et bien tracée. Progression facile à 2100m d'altitude envahie par l'abondante végétation de la forêt humide. Ce soir arrivée au camp 1 avant la tombée de la nuit et diner sous tente aux pieds des pentes du Kilimandjaro.

Merci de faire partager ce topo régulier et de revenir pour suivree cette expédition au Kilimandjaro, voie Machame.  Merci à toutes les équipes de REACH SUMMIT sur place qui nous permettent de mettre à jour ce topo régulier.

N'hésitez pas à poser vos commentaires ci-dessous.
A bientôt
www.reachsummit.com



KILI : Récit Machame Route

Par Caroline Letrange :: 07/01/2008 à 0:38 :: Ascension

Rapport d'expédition du 2/01 au 10/01/2008 - Kilimandjaro, voie Machame -
Contact par SMS et téléphone
Groupe de 2 trekkeurs - FR


La voie Machame est une des plus belles voies du Kilimandjaro. Campement sous tente et écosystème unique offre aux trekkeurs un décor à couper le souffle dans cette partie de la vallée du Rift. 5 niveaux de végétation permettent d'apprécier toute la diversité de ce territoire sauvage.

Découvrez tous les voyages en Asie et en Afrique de REACH SUMMIT > 
www.reachsummit.com

Le départ s'effectue à partir de la Machame Gate. Embauche des porteurs et premiers pas dans la forêt humide au milieu d'une végétation luxuriante et d'une humidité marquée. Ce premier jour d'ascension est facile, progressif et sans grande difficulté majeure. Pour nos trekkeurs, Manuel et Sonia, belle journée de marche où ils ont pu apprécier les premiers contacts avec les équipes et les paysages de toute beauté. Arrivée en fin de journée au campement aux pieds des pentes du Kilimandjaro.

Le lendemain, levé tôt et petit-déjeuner en pleine nature ; un vrai plaisir. Les heures de marche sont régulières pour permettre une meilleure acclimatation. La foret humide a complétement disparue et ce sont des paysages de landes qui s'étendent progresssivement sur l'horizon. Temps ensoleillé et chaud pour Sonia et Manuel qui profitent de cette petite saison sèche avec un temps proprice aux vues impressionnantes sur les glaciers du sommet du Kilimandjaro.

Puis redescente vers la vallée de Baranco après un passage aux abords de Lava Tower, immense colonne de lave perdue dans les nuages et les brumes d'altitude. Le perte d'altitude permet au corps de s'acclimater et aux muscles de se reposer un peu. Pour Sonia et Manuel la marche est longue mais les paysages traversés laissent nos grimpeurs sous le charme. La vallée de Barranco est un ilot de végétation de landes plongée dans les brumes. Les buissons, les lobélies et les séneçons couvrent cette magnifique vallée que nos trekkeurs ont atteints après plusieurs heures de marche. Enfin le camp apparait dans le creux de la vallée. Repos bien mérité. C'est le temps de l'acclimatation. Demain une étape importante : le passage du mur de Barranco. C'est une ancienne coulée de lave qui barre la vallée et qui se gravit lentement le long d'un sentier en zig-zag le long des roches volcaniques. Ce soir, repos et sommeil avant un départ tôt demain matin pour la vallée de Karanga.

Visitez le site de REACH SUMMIT pour découvrir nos voyages en Afrique / Nepal / Tibet / Bouthan ...
> www.reachsummit.com

Lévé tôt le matin pour admirer les premiers rayons de soleils tardifs qui plongent dans la vallée. En face du camp, le Barranco qui se franchi en quelques heures pour arriver enfin au sommet de la coulée de lave et admirer la splendeur de la vallée en contrebas. Les pentes du Kilimandjaro paraissent maintenant bien proches. Dans l'horizon, le Mont Meru est maintenant à hauteur d'yeux. Le trek se poursuit dans une succession de vallées entre montées et descentes. En fin de journée, arrivée au camp de Karanga. Sonia et Manuel commencent à sentir les jambes et un peu de fatigue mais tout va bien. Cinq litres d'eau par jour et une marche lente sur un itinéraire étudié pour favoriser l'acclimatation et se ménager pour l'ascension finale

Départ pour Barafu, le dernier camp avant le départ pour le sommet. Contact par Téléphone : "Nous sommes au camp 5, départ cette nuit à minuit pour le sommet. Nous allons très bien et sommes à 4600m d'altitude. Nuit un peu difficile mais l'excitation du sommet donne de l'énergie". La journée de marche a été prévue pour ne pas excéder les 4/5h de marche et permettre de se reposer à Barafu. Repos et sièste au programme pour le reste de l'après-midi pour économiser ses forces. La nuit sera courte. Levé à 11h pour un départ à minuit vers le sommet. Sonia et Manuel semblent très impatients de tenter enfin cette dernière étape qui les emmenera vers le sommet de l'Afrique, à Uhuru Peak. Leur guide Julias et les assistants-guide seront à leur côté pour qu'ils profitent d'une très belle ascension. Courage vous y êtes presque ... Polé, Polé (doucement en swahili) et n'oubliez pas de nous faire de belles photos de vos traits tirés :)


Visitez le site de REACH SUMMIT pour découvrir nos voyages en Afrique / Nepal / Tibet / Bouthan ...
> www.reachsummit.com


Bafaru est le dernier camp perché au sommet d'un piton rocheux en face des pentes volcaniques qui mènent au sommet du kilimandjaro. La journée de marche est lente. Le manque d'oxygène et la fatigue se font maintenant sentir. les esprits sont fébriles et l'attente est un peu plus angoissante que d'habitude : ce soir c'est le grand départ vers le sommet. Dernier repas au camp et direction la tente pour vite aller se reposer. Réveil vers 11h du soir. Un bon thé chaud, quelques biscuits. On ferme le sac à dos et le départ est donné. Il fait nuit noire. La progression se fait sous le halo des lampes frontales en direction du sommet. Le chemin monte subitement et le sentier grimpe en zig-zag le long de la pente abrupte. En levant la tête la nuit noire ne permet pas de voir les abords du volcan et les heures défilent dans une lenteur infinie. L'effort est de plus en plus dur et le corps est sollicité pour arracher les dénivelés supplémentaires qui rapporchent du sommet. On touche les 5,000 mètres d'altitude. Pour Sonia et Manuel, l'effort est important. Alors que le jour se lève à peine, nos deux grimpeurs atteignent les abords du volcan. Spectacle magnifique. Sonia a jeté toutes ces forces dans cette belle bataille et décide de rester à Stella Point pour admirer le levé de soleil. Manuel lui continue le long du cratère et rejoint au matin, après une bonne heure de marche, le point ultime : Uhuru Peak, le sommet de l'Afrique !!
Message de nos grimpeurs " Sommet pour Manuel 5,895m et Stella Point pour Sonia 5,750m. On est décalqués mais très contents !"  ... nous partageons votre bonheur !!"

Descente immédiate après le sommet vers des altitudes inférieures. Juste le temps de prendre quelques photos et la redescente se fait vers Millénium Camp pour la soirée. Une bonne nuit de repos et un bon diner concocté par le super-chef cuisto du camp. Puis le jour suivant, resdescente facile vers la foret humide et les abords du parc du Kilimandjaro. Petite fête improvisée, distribution des pourboires et des cadeaux et l'on se quitte heureux. Le retour à l'hotel permet de se jeter sous une douche bien chaude dont on commence rêver depuis quelques jours !! les muscles se relachent, la tension retombe ... c'est le plaisir et la satisfaction qui prennent le relais.

Félicitations à nos deux grimpeurs. Demain, ils repartiront avec leur certificat d'ascension en main !! Les équipes de REACH SUMMIT ont été heureuses de vous accompagner et de vous suivre sur ce bel itinéraire.


Visitez le site de REACH SUMMIT pour découvrir nos voyages en Afrique / Nepal / Tibet / Bouthan ...
> www.reachsummit.com

-------------------------------------
suite de l'itinéraire sur cette page ; merci de revenir pour le bulletin d'expédition de notre groupe pour un suivi de l'expédition ...
-------------------------------------

KILI : Suivi d'expédition

Par Caroline Letrange :: 10/02/2008 à 19:32 :: Ascension

Retrouvez notre nouveau site dédié exclusivement au suivi des expéditions pour les groupes qui le souhaitent.


Connectez-vous à :
http://reachsummit.blogspot.com/

Suivi des jours de treks ou d'ascension et possibilité des laisser vos messages.
A tout de suite sur BlogSpot !

Copyright © REACHSUMMIT - Blog créé avec ZeBlog